Ciel bleu à mon arrivée ce matin. Averse de grésil 10 minutes plus tard. Rafales de vent à couper la respiration. Sapin qui tangue dangereusement, tourbillons de neige qui dansent la gigue allègrement. Rayon de soleil.

Dans la classe, les têtes brunes z'et blondes impressionnées par le spectacle au dehors ont du mal à lâcher des yeux les fenêtres cinglées par les averses. La taille des flocons en impose, c'est vrai.

<< - Mais maîtresse, comment on va faire, on est venus en basket nous ! (ah ben t'es fichu alors !)

- Regarde maîtresse, on voit le vent, c'est la première fois que je peux voir le vent ! (on voit surtout la danse folle de ce qu'il emporte, mais bon)(et visiblement la danse, c'est un pogo)

- Il est fou le vent, il sait plus où en jeter ! (c'est joli ça nan ?)

Hop hop hop, occasion rêvée d'introduire ce mot nouveau, giboulées (de mars, ça tombe bien.)

-Savez-vous comment on appelle ce temps qui change tout le temps et très rapidement, un coup il pleut, puis le ciel est bleu, et ensuite il neige, comme aujourd'hui ?

-(...) (réponses en vrac, inadéquates et fantaisistes... élèves de 6 ans, quoi)

- Moi je sais moi je sais ! (ha-ha !!?? )

- C'est les "gigoulées" !  (Ouaiiiiis ! pas loin, tu y étais presque ! )

Je rapporte l'anecdote aux collègues pendant la récré.
- Rassure-toi, me confie le collègue des CM. Moi ils m'ont parlé de "gibourrées". >>

...

En même temps si tu prends trop de goulées, tu finis bourré, c'est inévitable. Comme le vent aujourd'hui.

...