vendredi 30 novembre 2007

Franchement,

                             qu'y a-t-il de plus atroce que...

...

... une terrible et insupportable démangeaison sous la plante du pied droit,
sournoise, gratouillante, insidieuse, tenace et absolument horripilante,
quand tu es en train de conduire, bien sûr,
et que tu portes des bottines lacées, annulant de ce fait tout espoir de quitter (et de remettre) rapidement ta chaussure au prochain feu rouge ?

Hein, non mais franchement ???

Aaaarrggghhh.

Posté par Mimi Je Reve à 21:30 - Commentaires [14] - Permalien [#]

mercredi 28 novembre 2007

Manque pas d'air

C'était un samedi il y a peu, une soirée organisée par l'amicale laïque du village, grosse soirée/gros repas, et bonne ambiance généralement.  Destinée à collecter quelques sous pour les écoles (les entrées pour les activités de notre voyage scolaire, un livre pour chaque élève à Noël , etc...) Des parents dévoués, pour organiser dans la bonne humeur tout plein de choses, c'est chouette, et ça n'est pas le cas partout, nous avons beaucoup de chance.
Et il paraît... que c'était pas mal cette année non plus, et que le repas était très bon. Tant mieux !
(Moi je passais un super we à 500 bornes de là, chacun son truc, hein...)
(ah au fait je préviens, j'ai un forfait points de suspension illimité, je sens que je vais en mettre partout !) (...) (...) (...)

Sauf que... sauf que, un de mes collègue, qui au terme de cette soirée se préparait à rentrer chez lui, a retrouvé l'avant de sa voiture complètement enfoncé. Super ! Sans aucun mot sous les essuies-glaces, bien évidemment, allons.
Ce qui est tout de même gonflé, sur le parking d'une salle des fêtes, où tout le monde connaît tout le monde...
Le dimanche, mon collègue prévient le "chef" de l'Amicale, lui demandant s'il a entendu parler de quelque chose, si l'assurance de la salle couvre le parking (mais bien sûr que non). Et donc sans tiers identifié, il est mal mal mal.
Par contre,  étant un pro des voitures, il se souvenait parfaitement de celles garées à côté de la sienne, il les avaient remarquées en arrivant, marques, modèles, couleur, c'est son truc quoi.
Et donc depuis quelques matins, alors que nous surveillons l'arrivée des élèves juste avant 9 heures, lui surveille le ballet des voitures sur le parking, au cas où, des fois que...
Et voilà qu'un matin, soudainement, il se pique un sprint jusqu'au parking, regarde partir une voiture, et revient.

Il me dit qu'il pense avoir trouvé, voiture même modèle et même couleur que celle qui était garée à côté de lui, côté enfoncé à une hauteur correspondant à l'accrochage...
C'est donc un parent d'élève ? (aïe)
Oui, et justement il est très étonné qu'il s'agisse de cette personne. Famille prout-prout, standing +++, s'offusquant en conseil d'école du comportement irresponsable de certaines autres familles...???
Mon collègue me demande alors de mener l'enquête discrètement auprès du fiston, qui est dans ma classe.

- Il y a longtemps qu'elle est abîmée, la voiture de ton papa ?
- Oh ben non tu sais c'était samedi soir à la soirée de l'amicale, en partant, papa pensait que ça allait passer mais en fait y'avait de la glace alors c'est pas passé et ça a accroché l'autre voiture.

Han han... Peut-être que je suis, je sais pas, vieux jeu ?, mais je ne peux pas m'empêcher de trouver ça super gonflé. D'une part je suis quasi-sûre qu'en cas d'accrochage je laisserais mes coordonnées, (tout comme j'ai été bien contente de trouver celles d'autres quand ça m'est arrivé.) (Et vous ?)
Je crois même que ne pas le faire gâcherait mon sommeil ! Genre pas bien fière, quoi. Et ne pas faire aux autres ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse, qu'est-ce que je peux le répéter en classe...
Je suis quasi sûre également que dans cette situation-là, je serais retournée dans la salle, pour retrouver le propriétaire de l'autre véhicule. C'est quand même à la portée de tout le monde, ça, non ? Et puis cela me semble la moindre des choses. Un accrochage, ça arrive, à n'importe qui, ce n'est pas une catastrophe non plus. (Bon, à moi ça n'arrive que quand je ne suis pas dans ma voiture, c'est récurrent, mais c'est une autre histoire...)
Ficher le camp alors qu'on connaît les 3/4 des gens de la salle je trouve ça... ouais, super gonflé, même. (Je me répète ? Je trouve pas d'autre mot ! Gonflé, j'ai dit.)
D'autant qu'il n'a pas rien, lui, mais carrément les 2 portières du même côté enfoncées ! Il a quand même dû y aller franco... c'est pas "Oh ben moi j'ai rien, j'me casse", non, même pas !

Bref, mon collègue a écrit un petit mot, demandant à ce monsieur de le contacter à son domicile, afin qu'ils mettent les choses au point. Le môme était horrifié quand il a compris qu'il s'agissait de la voiture du maître...
Et bizarrement, en fin d'après-midi, peu de temps après que fiston ait transmis le mot, le "chef" de l'amicale a reçu un coup de fil, genre super innocent :
- Au fait, j'ai heurté un véhicule samedi soir en partant, tu ne saurais pas de qui il s'agit ?
Halluciné. On a juste halluciné du degré de gonflitude. Il croit quoi, enfin ?!!! Qu'on va l'applaudir, parce qu'il se soucie de ses actes... 3 jours après ?

Tout s'est très bien réglé, le monsieur a téléphoné, et mon collègue lui a dit qu'il serait dans sa classe dès 8 h le lendemain pour qu'ils puissent remplir le constat.
Bien qu'il ait de la route à faire, mon collègue était là à l'heure dite, (et censée arranger ce monsieur qui prend le boulot tôt, fiston est toujours à la garderie dès 8 h.)
Ce jour-là, il s'est pointé à ... 9h moins 3. Quand tous les élèves débarquaient, la cloche allait sonner...
Incredibeul.

Oh, il était bien un peu tout pêteux, m'sieur Machin, en nous donnant une poignée de main. Il paraît qu'il n'a même pas lu le constat (heureusement que mon collègue l'avait pré-rempli, sinon à 9h30 on y était encore !!!), n'a pas émis la moindre once minimaliste d'excuse, ne serait-ce que pour ne s'être pas renseigné plus tôt à propos des dégâts occasionnés... Rien, que dalle.
Et le lendemain matin, il est revenu nous serrer la main, l'air de rien, "ça va être une belle journée aujourd'hui !", alors que d'ordinaire on ne le voit jamais, c'est même une galère quand de temps en temps je voudrais joindre cette famille parce que je n'ai toujours affaire qu'à la nounou.

Bref.
Mais quand même, moi, je tombe des nues. (N'ai pas été éduquée ainsi, que voulez-vous.) (Naïve, c'est ça ???)
Comprends un peu mieux l'irrespect de certains enfants. Et le fait que nombre d'entre eux n'assume pas leurs bêtises... Encore un sujet de croisade, ça, assumer, présenter ses excuses...
Heureusement, Fiston n'est pas comme ça, d'après ce que je connais au quotidien. Certes un peu pénible à ses heures, mais franc, droit. Pourvu qu'il le reste...

Posté par Mimi Je Reve à 10:20 - - Commentaires [23] - Permalien [#]
vendredi 23 novembre 2007

Chut, secret...

- Tu sais maîtresse, et ben moi j'ai un secret dans ma famille.
- Ha bon ? Et qu'est-ce que c'est ? (toujours tenter l'approche surprise...)
- Ben je peux pas te dire, c'est un secret !
- Ha, oui. Mais si tu me le dis dans l'oreille, rien qu'à moi ? Je ne le répéterai pas, promis ! (tout tenter, je vous dis ! :-)
Fait "non" de la tête, avec un petit sourire. (ah, zut, loupé)
- Bon, c'est pas grave, je ne saurai pas alors.
- Mais je pourrai le dire plus tard, même à mes copines, quand maman me dira que je peux le dire.
(Alors... fillette de 7 ans, enfant unique, maman la trentaine et papa 15 de plus...)
(hum huuuuuum...)

- Tu sais, je crois que je devine ton secret.
- Ah bon ? Et c'est quoi alors ?
- Ah, non, je ne te le dis pas, j'attendrai que tu puisses le dire pour voir si c'est bien ça...
Sourcils froncés, regard interrogateur...
- Et si c'est bien ce à quoi je pense, alors c'est une très bonne nouvelle. J'ai raison, c'est bien une bonne nouvelle ?
Très très large sourire de la minette...
- Alors ça oui, c'est une super bonne nouvelle !
...

Posté par Mimi Je Reve à 21:20 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
mercredi 21 novembre 2007

Il ne faut pas (3)

Sucre

Etape 1 - boire le petit lait qui baigne la surface du yaourt nature que tu viens juste d'ouvrir
Etape 2 - prélever une toute petite cuillérée de yaourt afin de créer un mini-cratère à la surface, manger le contenu avec ou sans grimace
Etape 3 - verser un peu de sucre roux dans le cratère
Etape 4 - attendre un petit moment, que les cristaux se caramélisent en s'imbibant de l'humidité du yaourt, juste parce que c'est joli après, quand les cristaux sont caramélisés
Etape 5 - à l'aide d'un instrument adéquat (de préférence) (une fourchette c'est pas très efficace) (avec les doigts ça poisse !) (non, la cuillère à soupe ne rentre pas dans le pot, n'insiste pas) (une petite cuillère c'est bien, oui) remuer délicatement la spécialité laitière afin de bien mélanger la cassonade tout partout dedans le pot
Etape 6 - attendre (encore), pour que les cristaux de sucre roux fondent tout partout où ils se trouvent, parce que si tu manges tout de suite d'une part tu as un yaourt croustillant, et d'autre part il n'est pas uniformément sucré, et après tu fais la grimace quand c'est plus acide... (un peu comme dans la pub des zaut' yaourts qui rendent les visages beaux)
Le sucre roux, ça fond moins vite que le sucre blanc, si si si, c'est pour ça qu'il faut attendre.
Etape 7 - savourer ton yaourt nature uniformément sucré à ton goût, ni trop ni trop peu... huuuuuum.

Voilà. Enfin ça, c'est la théorie. Quoi, c'est compliqué ? Je fais des chichis pour un simple yaourt ?
Ah, mais chacun* mange son yaourt comme il le veut, d'abord ! Si tu préfères l'avaler en trois cuillères c'est ton choix à toi!
Bon, ok, je reconnais que je ne procède comme ça que lorsque je suis seule, sinon après il faut expliquer aux zaut'gens, tout ça, et pis les gens se moquent, les gens sont cruels tu sais, et après ils pensent que tu as fondu un fusible... (le fusible du yaourt nature)(fondu au sucre roux)

Et puis, c'est aussi quand tout se passe bien. Parce que parfois... (enfin, une seule fois, hein !) (et ça suffit bien), ça se passe plutôt comme ça :
Etape 1 - boire le petit lait
Etape 2 - prélever une petite cuillérée afin de creuser le cratère
Etape 3 - verser un peu de sucre roux dedans
Etape 4 - faire quelques mouvements de karaté bien sentis pour se débarasser du moucheron qui tourne autour, non mais oh c'est mon yaourt attends, qu'est-ce que tu fous là, casse-toi espèce de moucheron !
Etape 5 - constater que le dit-moucheron vient de se poser SUR la couche de sucre. Pile. Pile ! Je rêve !
Etape 6 - se pencher délicatement et amener son visage à hauteur du yaourt, et... souffler pour faire partir la mini-bébête.

Et ben tsé quoi ? Il ne faut pas, oh non non non non non il ne faut pas souffler sur du sucre en poudre, fut-il déposé sur un yaourt, quand il n'a pas encore fondu, non, il ne faut pas, mais alors pas du tout, je t'assure...
Comment, tu t'en doutais ? Bon, dans l'absolu moi aussi. Mais là, mon raisonnement était court-circuité par la présence d'un intrus qui allait gâcher mon rituel yaourtier, tu comprends ?! (ok, ok, j'assume, c'est bon, je ne me cherche pas d'excuse ! )

Partout partout PARTOUT, des cristaux de sucre partout, genoux, table, moquette, bouquins alentours, clavier évidemment... pffffff.
*soupiiiir*
Il ne faut vraiment pas.

...

* (et d'abord, y'en a qui font carrément dans l'immobilier avec leurs yaourts, alors hein... )

Posté par Mimi Je Reve à 10:20 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
jeudi 15 novembre 2007

Quel registre ?

Récréation.
Surveillance (frigorifiée).

Galopade d'un loulou indigné :
- Maîtresse, maîtresse, il m'a dit un gros mot !
- Ooooh ! Un mot gros comment ?
- Un vrai gros mot, si, j't'assure !
- Bon, dis-le moi dans l'oreille.
(Je me méfie de leurs "gros mots", parfois on a des surprises, certains confondent "gros mot" et mot agressif, genre "Dégage !") (qui, même s'il n'est pas agréable à entendre pour celui qui se fait éjecter, n'est pas un "gros mot" au sens strict) (à mon sens, en tout cas)
- (psssiou psssssoiu...)
- Aaaah, oui , effectivement, va me chercher S. s'il te plaît.

Arrivée de S., regard mi-interrogateur/mi-sur la défensive.
- C'est pas vrai maîtresse, j'ai pas dit de gros mot !
- Et qu'est-ce que tu lui as donc dit ?
- Ben j'l'ai juste appelé "TR0UDUC", c'est pas un gros mot !!!!?

...

Euuuh... comment te dire... siiiiiii, un peu quand même, heiiin...

...

Posté par Mimi Je Reve à 20:00 - - Commentaires [24] - Permalien [#]
dimanche 11 novembre 2007

Escalade

- ... et donc, "chat" est un nom commun, puisque c'est quelque chose, un être vivant, et on peut mettre un petit mot comme "le, la, un ou une" devant. On dit bien un chat, n'est-ce pas ?
- Et ben moi maîtresse tu sais, y a un chat qu'est pas à nous mais qui vient souvent à la maison, et même maman elle achète des croquettes pour lui, et ben hier il est venu et il était blessé.
(Et une digression, une.)
- Ah bon ?
- Oui, sa patte saignait, et pis on voyait son os.
(Mmmmmh, super. Moue/grimace bien expressive de la maîtresse.)
- Ah oui, ce sont des choses qui arrivent, malheureusement.
- Moi aussi mon chat une fois il était blessé, même qu'il avait dû se battre certainement et pis...
- Moi mon chat, un jour et ben ...
(Arrrgggh, je suis en train de les perdre là ! On se recentre les enfants, allez-allez-allez !)
- Oh ben moi mon chat il est carrément mort, alors hein !

Ouaiiiiis, carrément ? Ok, là c'est toi qui gagnes.
Bon... on retourne à nos noms communs maintenant ?

...

 

Posté par Mimi Je Reve à 22:22 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
mardi 6 novembre 2007

Déjà

anniv_1_an     Hier, c'était mon premier bloganniversaire.
Un an, déjà... c'est fou ce que ça file, hein ! Un an qu'après de looooongues (si vous saviez !) tergiversations avec moi-même, et pourquoi, et quel intérêt, et mais ça me tente, et avec quelle plateforme, et quelles sont les différences, et mais ça me tente vraiment, et comment je commence, et pourquoi en fait, etc..., finalement je me lançais quand même.
L'impression que c'est tout récent en fait, mais au fond qu'est-ce que 12 mois ???

Je n'ai pas eu le temps d'en parler hier, parce que... c'était journée shopping, accordée par moi-même à moi-même, histoire de me remettre de ces (chouettes) vacances (fort) mouvementées (kilométriquement parlant.)
Et ben, heureusement que c'est pas anniv' tous les jours, dis donc. Pour mon porte-monnaie, je veux dire, argggh. Et il a intérêt à faire super froid cet hiver, parce que j'ai 3 nouveaux pulls maintenant, et 2 pantalons neufs. (Et pis 3 nouveaux jolis soutifs aussi, mais dont le port ne dépendra pas de la météo, pour le coup) (le coût.) :-D

Est-ce parce que justement j'aime moyennement ça, "faire les boutiques", que quand je me décide à y aller ça fait mal ? (Je déteste les essayages.) Ou alors c'est à cause de ma totale impossibilité à faire un choix, (en temps normal déjà, alors vestimentairement, quand il n'y a rien d'important en jeu c'est pire !) que je finis toujours avec plusieurs articles ? ... Pfff.
Et puis un article à prix abordable, plus un autre, etc... le piège quoi, et plouf, les 2 pieds dedans et la tête en avant. Et la main sur la carte bleue.
Pareil pour les soutifs, "Nous faisons une offre spéciale - 30% juste aujourd'hui pour l'achat d'un coordonné." Ben tiens... "Mais qui ne sera pas cumulable avec votre chèque de réduction reçu par courrier." Re ben-tiens ! Qu'à cela n'tienne, j'en ai choisi 2 ? Je les paierai séparément, un avec les - 30%, et l'autre avec les - 8 €, ah mais ! (et le 3ème j'avais déjà craqué le matin...)

Interdiction stricte et totale de re-traîner les boutiques avant l'année prochaine. Au moins !

Ah, et au fait : joyeuse première bougie, petit-blog-à-moi !

...

ps : Mme Météo vient de dire qu'il ferait froid demain. Chouuuuueeeettttte !
Alors, le pull chocolat à torsades, ou le parme point-mousse à encolure carrée et manches kimonos ? Oh la la la, encore un choix...
(et mes gants, où qu'ils sont donc mes gants ???)

Posté par Mimi Je Reve à 20:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
vendredi 2 novembre 2007

Patate chaude

Certains gens qui me connaissent plutôt bien vous diraient que... "Je ne suis pas très patate, en fait."
Le pire c'est que le jour où j'ai déclaré solennement ceci, j'étais en train de savourer une... tartiflette. Hahem.
(mééé, je voulais juste dire que c'est un légume que je n'achète jamais, on a toujours l'occasion d'en manger sous ses diverses variations ailleurs, surtout pour ceux qui, comme moi, mangent à la cantine, quoi, c'est tout, arrêtez de 'igoler !)

Au delà de la blague culinaire...
Quand ce "questionnaire évolutif" a circulé de ci de là, j'ai bien fait gaffe à ne pas commenter chez les uns et les autres, puisque celui qui commente se fait questionner à son tour ET doit questionner ses commentateurs. Pis... ma curiosité naturelle m'a plantée, chez un Petit Scarabée, et me voici nantie de 5 questions en règle, auxquelles je vais donc répondre, mais... pas de façon courte, vous êtes prévenus !!!
(hein Fiö...)

Les questions de Petit Scarabée :
1- Pourquoi es-tu devenue instit' ?
2- Pourquoi as-tu créé ton blog ?
3- A quelle classe préfères-tu enseigner et pourquoi ?
4- Quel est ton blog préféré (interdiction d'en citer plusieurs ! je sais, c'est ignoble)
5- Quelle est la pire bêtise que tu aies faite enfant ?

1- Pourquoi suis-je devenue instit' ?
Aaaaaloooors... un métier avec des enfants me semblait évident. Question de nature sans doute.
Parce que j'ai joué à la maîtresse comme la plupart des petites filles, (ceci dit j'ai aussi beaucoup joué au Club des 5 et je ne suis pas devenue détective pour autant...), que mes poupées ont fait énooormément de dictées, que je leur fabriquais des cahiers avec des couvertures décorées avec de petites cerises... du travail de haute précision !
Parce qu'au milieu de ma maîtrise de psycho, je n'ai plus eu l'envie de continuer dans cette voie-là (comprendre : pas le courage de me battre pour faire partie des 12 places de DESS alors que nous étions encore 60 en maîtrise). J'ai alors envisagé la psychomotricité (mais il y avait bien trop de sport pour moi dans cette formation), ou l'orthophonie... Mais c'est vers le concours d'instit que je me suis tournée. Et j'en suis bien contente, parce que j'aime beaucoup ce que je fais. Même quand je suis HS le soir et qu'il reste encore 3 piles de cahiers à corriger et la journée du lendemain à préparer, ou quand "ils" ont décidé d'être (presque) tous imbuvables en même temps parfois, même quand on se prend des tonnes de réflexions et de sarcasmes dans la chetron à propos des horaires, des vacances, des grèves, des planqués,..., à longueur de temps,..., même quand quelques parents ne savent pas ce qu'ils veulent, ...,  même quand on a du mal à comprendre dans quoi s'engage la hiérarchie, ou qu'on le comprend trop bien au contraire...

2- Pourquoi ai-je créé mon blog ?
J'ai atterri dans le monde bloguesque, que je ne connaissais que par ouïe-dire alors,  il y a 3 ans environ quand mon frangin m'a un jour envoyé l'adresse du blog d'un mec étudiant à l'iufm et qui racontait ses aventures de stagiaire. J'ai beaucoup accroché à son style. A travers ses liens, j'ai découvert beaucoup d'autres instits, jusqu'à arriver chez Maévina, et puis de mailles en mailles, chez Petit et Méchant, etc. De lien en lien, on en découvre, des écrits intéressants...
Et puis, un jour, j'ai "osé" laisser un comm' (et c'était pas facile crois-moi)... c'était chez MaxyVince je crois ? Ce frisson d'aller voir le lendemain qu'"on" m'avait répondu, si gentiment, à moi-moi, toute petite poussière juste-lectrice/voyeuse... Oh lala, brrrrrrr !
Et puis peu à peu, le dialogue s'installe avec certains, d'autres m'encouragent par mail, et c'est en fait assez frustrant de se rendre compte que l'on a soi aussi des choses à dire, et de ne pas avoir la place pour !
Mon tout premier texte pour le net, c'était dans une entreprise que je trouvais sympa mais qui n'a pas perduré (dommage je trouve) : Thème-à-tics. J'aimais déjà bien faire des rédacs au collège, et là c'était un peu pareil : un thème donné, ou bien des mots à placer, un début imposé... et qui-qui voulait qui participait.
Et il y avait aussi toutes ces petites anecdotes de classe qui me font sourire ou rire, ou juste m'émotionnent... et que je ne voudrais pas oublier, et qui sont notées sur des bouts de carnets volants... c'est ce qui m'a décidé je crois : le bon moyen de conserver ces instants de classe ! Mais il m'a fallu au moins 3 mois entre "me décider" et "me lancer" vraiment !!! (ce qui me correspond absolument, en fait... :-)

3- A quelle classe je préfère enseigner et pourquoi ?
Sans conteste aux niveaux que j'ai depuis 5 ans maintenant : les 6/7ans. Autant avoir des CP m'a fait très peur au début, autant maintenant que je maîtrise l'apprentissage de la lecture, j'aime beaucoup ! Leur spontanéïté, leur innocence (hahem), leur enthousiasme et leur envie de "faire du travail"... ça s'estompe davantage à partir de 9-10 ans ! Cette année je n'ai pas de CP, que des CE1, et c'est chouette aussi, ils découvrent l'abstraction de la langue française et ... j'aime bien.
J'ai travaillé en maternelle, des 2 ans 1/2 jusqu'aux grandes sections, donc je sais de quoi je parle : j'ai moins de patience avec les plus petits !
Quant aux plus grands (les CM), c'est l'âge où ils commencent d'être bébètes, bécassots, les histoires de petits coqs et leur basse-cour commencent, les hormones commencent à les titiller... j'ai plus de mal. J'en aurais encore bien plus en collège/lycée !
Voilà, 6-7 ans, ça me correspond bien je crois. (qui à dit "Même âge mental" ??? tssss !) (mééééé euuuuh, comment vous le savez, d'abord ?)

4- Quel est mon blog préféré ? (interdiction d'en citer plusieurs ! je sais, c'est ignoble)
Ah ça, j'te l'fais pas dire !!! Tu veux que je vexe mon lectorat ou quoi ???
Fût un temps, c'était incontestablement celui de Kir. Je me suis souvent esclaffée très fort lors de mes lectures, j'ai parfois pleuré de rire devant mon écran en découvrant ses archives. Mais la demoiselle a presque disparu, elle a ses raisons, et je lui souhaite tout plein de bonheur...
Alors, un actuel... pfff, t'es dure, là, Scarab' ! Je les apprécie tous, sinon je n'irai pas les lire, tu penses bien.. Je vais en prendre un que je vais lire souvent et qui ne me lit pas (à priori) (comme ça, pas de jaloux !): Le Journal d'une blonde. Ouaip', c'est pas original je sais, mais j'aime bien...
Et si je te retournais la question... ???

5- Quelle est la pire bêtise que j'aie faite enfant ?
Hin hin hin... petite curieuse ! J'étais très sage, moâ, kessetu crois !!! En plus c'est vrai, j'ai certainement fait bien davantage de bêtises grande ado/adulte (ouuuuhlaaaaa...) que petite. D'autant que je me souvienne, en tout cas.
Bon, allez : une fois, c'était ma tata Domie qui me gardait, et elle nous avait laissés seuls à la maison avec mon cousin, sans doute le temps de faire une course. Je devais avoir 7 ans environ, et lui 5. Il a eu l'idée super de tester tous les produits du placard de la salle de bain... j'ai résisté, je me souviens, mais peut-être pas tant que ça. On a ouvert tous les pots de crèmes, tous les flacons, les sirops,... on s'est tartinés, l'anti-ride comme les anti-fongiques,..., on a tout essayé. (Comme quoi Ruquier, il retarde de 20 ans !!!)
Je me demande si mon cousin s'en souvient... faudra que je lui demande, tiens. Moi oui, parce que je savais très bien que c'était une bêtise, donc je n'étais pas tranquille...
En tout cas je ne me souviens pas avoir été malade ensuite, ni de plaques douteuses sur les bras...

Valà valà, vous savez tout.

BON.
Normalement
avec cette patate chaude, celui qui me met un commentaire récolte à son tour 5 questions.
MAIS : déjà moi j'avais soigneusement évité de commenter chez d'autres (tout en me régalant de les lire) juste parce que je ne voulais pas (j'avais peur ?) des questions.
OR j'aime bien avoir des comms', tu penses !
ALORS je suggère un code : si tu commentes et que tu veux les questions (niark niark niark), le code c'est ... euh... attends je cherche... "Patate chaude" !!! (vâââche, ça c'est du code !), dans ton comm' tu glisses le code, je te prépare les questions, et tu y réponds chez toi après et tu fais tourner si tu veux. (Si t'as pas de chez-toi, no soucy, tu réponds direct dans mes comms) (sympa hein ?!)

ET PIS si tu veux juste me dire un mot mais sans crouler sous ma curiosité, ben tu dis... PAS tate froide !!!
(mouhahahahahaha)
(t'es pas obligé de rire à cette vanne nulle, j'ai déjà ri toute seule, c'est bon !, re-mouhahahahaha...!)

...

Posté par Mimi Je Reve à 22:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]