dimanche 23 décembre 2007

Cherche Glouglou, cherche !

Y'a quand même quelqu'un qui a atterri chez moi via glouglou en cherchant...
      "chorale rennes péteurs" 

J'avoue que ça me laisse perplexe...

... et hilare aussi. Mais ça c'est sans doute parce que j'ai toujours tendance à visualiser les choses ?

Le tout, c'est que ça ne me revienne pas en mémoire pile quand je me retrouverai devant les 80 gamins pour diriger la prochaine séance de chorale, sinon... bé, c'est simple, je suis fichue !!!

                               rennes_chorale

Et à part ça, je vous souhaite à tous un très bon Noël, profitez de vos proches si vous avez la chance de pouvoir partager ce moment avec eux, c'est devenu un luxe qu'il faut savoir savourer.
Et la bise à tous ceux qui, par la force des choses, vont en profiter pour ne s'occuper que d'eux...

Moi j'ai un max de ménage à faire, mon sac à préparer, et je suis en panne de papier cadeau, je file.
A bientôt !

Posté par Mimi Je Reve à 09:50 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

mercredi 19 décembre 2007

Hu hu hu

Et c'est reparti. En ce moment, c'est au moins une fois par jour, sans prévenir, les remarques fusent, et rebelote. Ils y pensent en permanence... normal, oui, bien sûr.
J'en repère 2-3 qui sont encore à fond dedans : "Moi, je vais bien me cacher, pour pouvoir le voir !", j'en découvre d'autres qui ont compris et me le font savoir plus ou moins discrètement, mais dans l'ensemble c'est encore assez flou chez la plupart d'entre eux.
Cette fois, le thème principal c'est "les enfants pas sages", le père Noël qui leur apporte un oignon (ou une patate, ou du charbon, d'après ce que j'entends) (d'ailleurs j'en ai un qui ne sait pas ce que c'est que le charbon), etc, et immanquablement débarque alors... le père Fouettard. Quelques-uns (peu) n'en ont jamais entendu parler, je les laisse échanger entre eux, je me contente de surveiller ceux qui "savent" et qui pourraient la jouer provoc'. D'ailleurs je les trouve particulièrement coopératifs, ceux-ci, cette année. (Et tant mieux !)

- Mais maîtresse, le père Fouettard en fait il vient pour fouetter les enfants pas sages ?
- Heuuu, je crois, oui ?
Ou bien il leur amène un martinet ? Mais je n'avais pas le temps d'entrer dans les explications, "Mais c'est quoi un martineeeeet ?", je doute qu'un seul de ces loupiots en ait un à la maison, une playyyye comme ils disent, oui, tous, mais un martinet je suis sûre que non. (Enfin, quasiment.)
Et puis martinet n'était pas le mot du jour, et puis je ne sais pas ce que leur racontent les parents, et puis, et puis zut, nous avions une leçon d'orthographe sur le feu !

- Mais maîtresse, en fait, le père Fouettard il les fouette quand, les enfants qui sont pas sages ?

Euuuh, ben... je ne sais pas.

Posté par Mimi Je Reve à 19:36 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
jeudi 13 décembre 2007

Ho ho ho !

traineaunuit

C'est l'heure de sortir en récréation. Je viens de lire une histoire de Noël, tout en esquivant les questions et les éventuels débats, 6/7ans on est en plein dedans, pas fastoche comme position, et il n'est pas question que le X-file nom de code "Père Noël" trouve sa résolution en classe.
Dans la cour tant qu'ils veulent, je ne m'en mêlerai pas, mais pas en classe !

Avant de sortir, A. vient me voir, discrètement :
- Tu sais, je sais, pour le Père Noël, que c'est faux, tout ça.
- Ah, d'accord. Mais il y en a peut-être qui ne savent pas, alors il faut jouer le jeu, d'accord ?
(J'aime autant qu'ils me le disent franco, ça me permet de mieux cibler mon regard quand le débat s'engage et que je veux décourager les éventuels petits vantards...)
- Oui oui, mais en fait, ses rennes, c'est des vrais ou des faux ?

Hahem.

Posté par Mimi Je Reve à 20:30 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
dimanche 9 décembre 2007

Le compte est bon

J'éternue, 3 fois de suite. Correctement, hein, j'ai eu le temps de sortir mon mouchoir, et en plus je me détourne.
Quelques "A tes souhaits, maîtresse !" fusent dans la classe.
Invariablement quand j'éternue en classe, mon voeu est "qu'ils travaillent en silence", juste une petite heure... mais ils ne doivent pas mettre assez de convictions dans leurs bons souhaits, parce que le mien ne se réalise jamais...!

- A la télé, j'ai vu que quand on éternue on envoie pleins de microbes partout !
- C'est vrai, c'est pour ça qu'il faut mettre son mouchoir ou sa main devant sa bouche, et se laver les mains ensuite. C'est la même chose quand vous toussez.
- Oui, pis en plus j'ai vu comment ils sont les microbes !!
- Ah bon ? (Tiens, aurait-il un microscope bien puissant à la maison, lui ?)
- En fait les microbes, c'est des tout petits numéros jaunes qui volent, j'l'ai vu ça à la télé !

Arf.
Ouiiiiii, aloooors, comment te dire... Bon, ok, on prend 1/4 d'heure sur la séquence de maths, et on en parle.
Bien, par où commence-t-on... ?

(Pour ceux qui seraient passés à travers les clips, c'est là, et il faut descendre un peu sur la page de l'inpes pour trouver les vidéos.)

Posté par Mimi Je Reve à 21:13 - Commentaires [22] - Permalien [#]
dimanche 2 décembre 2007

Auriez-vous osé...?

Leçon d'orthographe : ne pas confondre les sons [m] et [n].
Consigne : complète les mots avec les lettres M ou N.
Les mots sont au tableau, l'endroit à compléter est souligné.

Un par un ils m'amènent leurs feuilles au bureau, guettant qui le "très bien" avec un grand sourire, qui le "bien", ou peut-être juste "vu", avec déception (ou résignation) pour celui qui a fait des gros pâtés partout...
Lui aussi me présente sa feuille pour correction, sans un mot, sans me regarder. Je lis.
(Heureusement que j'étais assise.)
Je le regarde. Il baisse les yeux. Je regarde sa feuille à nouveau.
Un grand, un looooooong blanc, parce que je ne sais pas bien quelle est la meilleure façon de réagir, ni même quelle sera ma réaction tout court d'ailleurs, je suis littéralement soufflée par ce que je lis.
Je le regarde longuement, j'essaye de lire dans ses yeux, l'a-t-il fait exprès, se rend-il compte, réprime-t-il un sourire ? Non, pas de sourire. De mon côté je crois qu'un peu de vapeur s'échappe de mes oreilles, mais extérieurement je suis extraordinairement calme. Je crois bien en fait que si je bouge un cil, j'explose.
Je prends une grande inspiration. Debout à côté de mon bureau, il n'a toujours pas bougé, ce qui me donne un indice : il se sait coupable, sinon il y a longtemps qu'il se serait manifesté devant mon silence.
Je pousse la feuille devant lui, je lui demande de m'expliquer ce qu'il fallait faire dans cet exercice.
- Ben, fallait mettre un M ou un N dans les mots ?
Je pointe le C.
- Et ça, c'est un m ou un n ?
Il déglutit difficilement.
- C'est que je croyais qu'on avait le droit de mettre des autres lettres, des fois.
(Ben tiens donc...)
Je le regarde, longuement, il baisse les yeux.

Je pointe le mot, objet de mon interne courroux.
- Qu'est-ce que tu penses de ce mot que tu as écrit ?
- Ben... c'est un gros mot.
- Et tu penses que je mettrais des gros mots dans un exercice ? Tu trouves ça normal ?
- Ben... non.
- Va me chercher ton cahier de liaison.
Regard implorant, oh nooon, pas un mot dans le cahier !, moue désespérée, geste d'énervement en retournant à sa place... Enfin j'ai déclenché une réaction, ouf.
Speech, morale, c'est inacceptable, etc, en même temps que je demande par écrit aux parents de signer la leçon, "au vu du vocabulaire utilisé par leur fils".

L'échange s'est déroulé à voix basse, et pendant qu'il retourne à sa place je prends conscience qu'il n'y a pas un bruit dans la classe. Tout le monde s'applique, personne n'a visiblement envie de se faire remarquer. Je me dis que je dois avoir l'air vraiment vraiment fâchée...
Effectivement je fulmine, et pas qu'un peu. Je n'en reviens pas. Comment a-t-il pu oser ? Parce qu'il est très clair maintenant qu'il l'a bel et bien fait exprès, il vient de le reconnaître.
Ce n'est pas un caïd, ni un meneur, vaguement provocateur mais jamais ouvertement. Plutôt du genre à chercher la petite bête dans ce que je dis, la faille, la contradiction (ce qui est assez pénible d'ailleurs). Ah ben tu parles... tu vas la trouver, la bête. La grosse, celle qui a un stylo rouge, tu la connais...?
Petit effronté, tsssss.

9 ans, neuf ans que je donne cet exercice à des CE1, jamais, ja-mais, JAMAIS je n'ai entendu/lu ce mot à cette occasion, je n'y ai même jamais pensé moi-même (et ne venez surtout pas me dire que c'est moi qui cherche...)   
Franchement, 7 ans, je trouve que c'est un peu tôt pour avoir l'esprit mal tourné.

D'ailleurs là non plus je ne l'ai pas entendu, ce mot. Lorsqu'à 16h25 je lui ai rappelé qu'il devait emmener sa leçon et qu'il n'avait pas intérêt à la ramener non signée, un voisin a demandé pourquoi (petit curieux, ça te concerne ?) et son complice habituel a chuchoté :
- C'est à cause du gros mot qu'il a mis dans l'exercice...
Donc l'entourage savait. Attendait ma réaction. Personne ne s'est esclaffé bruyamment, comme ç'aurait pu, aurait dû logiquement arriver, non, rien du tout. Silences et regards entendus, limite horrifiés, pas un seul rire.
Ils avaient conscience de la gravité de l'affront... et ça, ça me rassure. Un peu.

Comment, vous voulez voir vous aussi ? Ha. Voici, donc.

DSC00800

Comment, on ne voit pas bien ? Alors voilà :

DSC00892

Posté par Mimi Je Reve à 20:05 - - Commentaires [49] - Permalien [#]