lundi 31 août 2009

Quoi ? La r--- quoi ???

4 jours que je suis effectivement reviendue, et...
La flemme de m'y remettre, quoi !

Non, je n'ai pas mis les pieds à l'école non plus, héhéhé, je n'ai même pas rêvé de R--- non plus à part ces 2 fois fin juillet, non pas des rêves d'ailleurs mais des cauchemars, des enfants que je ne connaissais pas, 6 ans et très très insolents, capricieux, pénibles, ingérables, et je sentais bien que l'année serait très loooongue avec ceux-là. Sauf que ce n'était que dans mon sommeil, parce qu'en vrai je les connais un peu mes futurs et ils ont l'air mimis tout pleins, je connais la classe, l'école, les collègues, le matos disponible, les parents, le mode de fonctionnement du village,... et je m'y sens bien, donc pas de quoi paniquer ! Et pour sûr, cette nouvelle R--- ne m'angoisse pas. Pourtant, la pré-R-- c'est demain.
D'ailleurs un mail de mon collègue vient de m'apprendre que j'aurai un CP de plus, ah tiens, un petit nouveau. Et lui un CM2 de plus, il passe à 29 élèves sur 2 niveaux donc, mais tout va bien, notre ministre a assuré aux journalistes que les classes de maternelle étaient limitées à 25 enfants et les classes élémentaires à 22, donc il n'y a pas besoin d'ouverture de classe, allons.

Je n'ai pas ouvert mon cartable encore, il faudrait que j'y enlève les vestiges de l'an passé, que je classe les quelques dessins qui y sont encore, un peu chiffonnés sans doute, que je vire ces chewing-gums fugueurs qui trainassent, en vrac, que je vérifie la présence de mes stylos préférés...
Que j'y mette mon super agenda Danger Ecole de Jack, aussi !
J'ai bossé, un peu quand même, il y a une quinzaine de jours, mes listes-de-pointage/tableaux-de-service/étiquettes-prénoms/autres sont prêtes.
Par contre mon imprimante refuse de s'y coller, oh et puis après tout c'est pour le boulot, je peux bien imprimer tout ça à l'école. Sauf qu'alors il faut que je convertisse tout ça en format 97 sans quoi demain je vais me casser le bec, c'est arrivé plusieurs fois cette année de tout bien préparer chez moi et une fois sur l'ordi de l'école, au moment d'imprimer... argggghhhh, vieux ordis, format non reconnu. D'où aller-retour quickly chez moi à la pause déjeûner pour récupérer mes fiches... yippie !

Je m'étais dit que ce serait une note de retour ultra-courte, baaaaah... spa parti pour !!!

Comment résumer 2 mois de vacances ? Difficile. Pourquoi résumer, d'ailleurs ? Pour moi, essentiellement, juste pour que je me souvienne, c'est mon petit belog, quoi... J'ai une trèèès mauvaise mémoire.

En vrac -ouais, j'aime bien le vrac, z'aviez remarqué ? c'est surtout que je ne sais pas faire autrement !!!-, en vrac donc :
* A Nîmes, il fait chaud. Trèèèèèèèèèèèèèèèèès chaud, même. Dégoulinamment, poisseusement chaud.

* Super chouette mariage, boOoOoOocoup de monde, mais sympa. J'avais un peu peur, ouais, j'ai peur du monde en fait. Ben c'était super. Les mariés étaient beaux, bien sûr.

* Retrouver, enfin, tous les cousins/cousines de ce côté de la famille, d'un seul coup, c'était génial.

* Le décès d'un poisson rouge... :-S
Méééééé, c'est pas de notre faute... en passant d'une assiette à l'autre le morceau de chèvre est tombé dans le bocal - chaque table était décorée d'un vase avec 2 poissons rouges, original- Le monsieur qui servait a voulu l'enlever et en fait il n'arrivait pas à l'attraper alors ça l'a tout émietté, le fromage, pas le poisson ! Qui s'est mis à gober les miettes de chèvre.
En fin de soirée, malgré chimie, iono, nfs, rien à faire pour le poisson. Rhoooooooo...

* La java, nous l'avons bien bien faite, malgré l'orage et même les grêlons qui ont fait rentrer précipitamment les fêtards, la piste de danse étant en extérieur.

* Au petit matin, difficile de mettre les survivants dans les voitures pour rentrer, y'avait des récalcitrant-e-s... mais une sombre histoire de clé commune nous obligeait à rentrer tous en même temps à l'internat dans lequel nous logions. Première tentative de départ du groupe, 5 heures du mat, mise au lit effective... 6h40. Huhuhu.

* Chouette souvenir, la guirlande de voitures, 7 en tout, le lendemain matin pour retourner de la ville jusqu'en cambrousse et terminer les plats, avec juste un gps dans la première voiture, gentil cousin qui a bien roulé tout doux pour ne perdre personne, sympa.

* La rencontre avec un couple de jeunes tchèques que j'ai pris en stop sur l'autoroute, en descendant. La conversation en anglais cahotant, ils se débrouillent mieux que moi c'est sûr ! Etudiante en photo pour elle et artiste-peintre pour lui, ils descendaient au portugal en s'arrêtant dans les grandes villes découvrir les grandes oeuvres dans les musées. Je les ai laissés dégoulinants du côté d'Avignon, ils ont bien bien cuit dans ma p'tite voiture-rouge-sans-clim. Ils s'entrainaient à répéter un-deux...-dix en prononçant le mieux possible, ils notaient la prononciation dans leur alphabet à eux dans leur petit carnet, rigolo. Sympathique.

QUOI, tu prends des autostoppeurs ? Mais t'as pas peur ?
Bah non. Je ne prendrais pas "n'importe qui", certes, tout dépend de ta bonne tête, en fait... C'est très aléatoire ! Eux, ils avaient l'air honnête, c'est comme ça, je ne sais pas expliquer mieux. J'en prends parfois sur le chemin de l'école, aussi.
J'ai moi-même fait beaucoup de stop quand j'avais 17/19 ans, l'été avec les cousines et les copains, ok c'était plutôt de nuit pour aller au bal ou en boîte, n'empêche qu'on était bien contentes quand une voiture s'arrêtait... même si j'ai pleinement conscience, maintenant, qu'on était inconscientes à l'époque. Ou peut-être pas tant que ça, d'ailleurs, on avait notre "charte" : on savait dans quel genre de voiture ou avec quelles personnes on refuserait de monter, et il était hors-de-question de se séparer. Et puis c'était sur de courtes distances.
Brèfle, ce temps-là est révolu, de toutes façons.

Retour en 2009, la Lozère, donc.
Oh et pis non, je laisse la Lozère pour un peu plus tard, faut que je vide mon cartable et que je convertisse mes fichiers !

Posté par Mimi Je Reve à 19:33 - - Commentaires [8] - Permalien [#]