dimanche 31 juillet 2011

Petite scène "ordinaire"

Un samedi, milieu d'après-midi.
Je suis dans la file d'attente de lideur praïce. Les 2 uniques caisses ouvertes sont côte à côte, un tas de cartons empiète sur le côté et empêche que 2 files d'attente distinctes se forment. Et moi, je suis juste au croisement, à la convergence des 2 files. Devant moi, côté droite caisse 1 un couple approchant la cinquantaine et un chariot rempli ras la goule, et côté gauche caisse 2 une dame dans les mêmes âges avec un chariot tout aussi débordant.
Moi, j'ai juste à la main une bouteille de liquide de rinçage pour mon lave-vaisselle. C'est tout. Et je ne manifeste aucune impatience, je suis souriante, chacun son tour. Contrairement au type crade derrière moi (qui exhale un fumet tout à fait... "méphitique ?" ;-), qui a juste une canette de bière à payer, et gigote, et soupire tout ce qu'il peut.

Le couple à la caisse 1 entame le vidage du contenu du chariot sur le tapis. La femme s'approche de son mari, me désigne discrètement du menton, et lui chuchote :
- Elle a juste un article, on lui propose de passer avant nous ?
Le mari me jauge, de haut en bas, se renfrogne en saisissant 2 packs de lait :
- Ouais ben non, elle attend, comme tout le monde, chacun son tour.

:-D

Côté caisse gauche, l'autre femme qui elle aussi a commencé à transvaser ses achats sur le tapis roulant, a comme moi suivi toute la scène et la conversation. Elle regarde ma bouteille de liquide lave-vaisselle, puis le contenu de son chariot, puis ma bouteille à nouveau, puis son chariot... pour finalement me tourner ostensiblement le dos et finir de vider ses courses.

Mon sourire s'est élargi encore plus de l'énormité de la scène.

Je suis absolument certaine que dans le cas inverse, j'aurais proposé à la personne n'ayant qu'un seul article-quand-toi-t'en-as-pour-des-plombes-avec-les-courses-de-la-semaine-voire-du-mois de passer avant, comme la dame-à-la-caisse 1-qui-écoute-son-mari-ronchon. Même au type puant et titubant derrière moi. Parce que c'est comme ça qu'on fait tout le temps, dans les magasins que je fréquente habituellement. Naturellement. (Pas à lideur praïïïce, apparemment !)
En +, si monsieur-caisse 1 avait écouté sa femme et m'avait proposé de passer, ma première réaction aurait été de refuser et de patienter, parce que chacun son tour, justement. C'est ce que je fais toujours au premier abord. Après, si les gens insistent, oui, j'accepte, bien sûr. (Faut pas rembarrer la gentillesse !)

Je remarque juste que ces gens faisaient visiblement la tête, pas un sourire, je sais bien que les courses ne sont pas forcément une partie de plaisir mais bon... ce côté "chacun sa mouise", bouhouhou, que c'est triste !
Mais ils n'ont pas entamé ma bonne humeur à moi d'un samedi après-midi de vacances, ensoleillé, reposé. Tranquille.

Maintenant faut que j'aille étudier mon lave-vaisselle pour savoir où je dois lui mettre du liquide de rinçage pour ne plus avoir de traces au séchage... (ouiiiiiii, j'ai un lave-vaisselle dans mon nouveau chez-moi, c'est fou comme l'évier se remplit moins vite :-)

Posté par Mimi Je Reve à 19:30 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

samedi 23 juillet 2011

Il ne faut pas (18)

J'y fais suuuuper gaffe, à bien enlever les mouchoirs en papier des poches de pantalon avant de lancer une machine. Je traque aussi les trombones, la monnaie, etc. Normal, quoi. Ha non paske le mouchoir déchiqueté sur les fringues, l'HORREUR ! ça ne m'arrivera pas à moi, ah mais.

Là, il n'y avait pas de pantalon dans le tas... donc tranquille !

Mais certaines robes ont des poches aussi dites donc, bien que plutôt décoratives... AAARRRGGGGGGGGGHHHHH !

Magnifiques, les serviettes de bain bleu marine.
J'ai l'impression qu'il a neigé sur ma machine de foncé, pffff.
Et maintenant par terre, là où j'ai secoué l'essentiel du désastre.

J'AIME PAS RAMASSER !!!

...

Pis j'en ai marre d'avoir perpétuellement la goutte au nez alors qu'on est mi-juillet, pfff.

Posté par Mimi Je Reve à 19:59 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
mardi 12 juillet 2011

Le syndrôme M

J'avais décidé d'aller me coucher, il devait être 23h30 à peu près. L'émission que je suivais m'intéressait, mais j'avais vraiment sommeil, pis surtout je devais me lever pas trop tard le lendemain pour faire un peu de ménage, visite prévue, passage balai + serpillière ultra nécessaire...
Ma décision était prise donc, et ô miracle mon corps avait suivi, car il ne suffit pas de le décider en haut lieu pour que la mise au lit soit effective et efficace... pourtant j'ai souvent essayé de faire ça de façon magique, de bouger le bout de mon nez, de me concentrer très fort en visualisant mon lit, nan, ya pas, si tu lèves pas du canapé, concrètement, tu ne vas pas "te coucher", et tu larves, encore et encore, sur ton canap', de plus en plus fatiguée...

Donc, j'étais passée à la station verticale. 
Étape ô combien difficile quand on est creuuuuuuuuvé.
En avant, marche.
D'abord un passage dans la chambre, pas de pyjama posé en vrac sur le lit (enfin, de marcel-déformé-trop-grand-débagueulant-importable-en-plein-jour turquoise qui me sert de pyj' ces temps-ci).
Ah. Mince, qu'est-ce que j'en ai fait ce matin ?
Salle de bain, jeté sur le radiateur ? Nope. Accroché à la patère, (derrière la porte, hautement improbable, trop normal) ? Noooope, bien sûr. Il a glissé derrière le porte-serviette, peut-être ? Naaaaaaaaaaaaaaaan.
Me suis peut-être déshabillée à la cuisine (oui oui, ça peut farpaitement arriver), il est resté sur un dossier de chaise ? Non.
A la salle, chaise ou canap' ? Non plus.
Pfff, j'suis naze, j'ai pas envie de chercher, y'en a marre des allers-retours bredouille dans l'appart' à une heure aussi tardive, Mimi t'es chiante des fois à te faire des blagues toute seule !
Ah mais je l'ai peut-être jeté en vrac sur une pile, dans la chambre-aux-cartons-pas-défaits, si j'étais pressée ce matin ?

Nan.

Ah oui je sais ! C'est Zéphyr qui me l'a piqué !!! Il fait ça des fois, en rentrant de l'école je retrouve mon pyjama planqué dans son carton de jeu, ou derrière la porte d'entrée, ou sur le clic, il doit s'en servir de doudou quand je suis partie...
Coup d'oeil dans la boîte du chat : nan.

Bon, il est tard, y'en a marre, j'avance au radar, tant pis je sortirai ce soir un autre pyjama de l'armoire (ouh la la la je fais des rimes !).
Je me maudis d'être bordélique au point de ne même plus retrouver mon pyj', mais TANT PIS.

Passons à la suite des opérations, démaquillage et compagnie.
Direction salle de bain, j'attrape la brosse à dent, applique le dentifrice, commence à frotter en restant plantée, comme nombre d'entre vous j'en suis sûre, devant le lavabo, donc devant le miroir.
C'est là que ça a fait TILT.

Mon reflet... portait ce fichu marcel turquoise.

SANS DÉC*NNER !

J'étais tellement naze que j'ai dû baisser les yeux pour vérifier que moi aussi je le portais, en vrai, et pas seulement mon double... hahem. C'est là que je me suis souvenue que j'avais quitté mes fringues de la journée pour compléter une machine en début de soirée, et que c'est à ce moment que j'avais enfilé mon pyj'...

Voilà ce que j'appelle le syndrôme M...istinguette.
^^ 
C'est contagieux, vous croyez ?

(Mais c'est un tout petit peu moins grave qu'elle, heiiiiiin, dis, hein...? :-D )

Posté par Mimi Je Reve à 22:29 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
vendredi 8 juillet 2011

Réponse à la devinette

Donc,
en janvier, les parents de Boulou avaient pris un rv exceptionnel pour me demander officiellement l'autorisation pour Boulou de terminer l'année scolaire 2 semaines avant ses camarades.
Rien que ça.
Motif invoqué : voyage sur une île lointaine, initialement prévu mi-juillet mais ils s'étaient fait griller sur leurs dates de congés...
Moi je n'ai pas à autoriser ou à refuser, mais je me dois de rappeler que l'école est obligatoire jusqu'au bout, que je ne peux donc pas être officiellement d'accord (et si tout le monde s'accordait 2 semaines de rab pour telle ou telle raison ?), que Boulou va manquer le voyage scolaire, et un tas d'autres choses, etc. Et qu'accessoirement il n'est pas du tout certain qu'il ait son bulletin avant son départ ! Bref, je fais ma ch... pour la forme, et avec le sourire, je sais bien tout ce que va lui apporter ce voyage et que s'ils avaient pu faire autrement ils ne lui auraient pas fait manquer l'école, et puis les parents promettent que Boulou préparera un exposé pour faire découvrir cette île à la classe avant son départ. J'avais conclu en disant qu'il leur faudrait tout de même l'aval du directeur.
Collègue1 avait râlé pour la forme aussi, et leur avait souhaité bon voyage. Pis voilà.

Mi-juin, Boulou avait apporté sur une clé usb un diaporama expliquant sa destination, les caractéristiques de l'île, photos prises sur le net, la végétation, la géographie, de quoi en mettre plein les yeux au reste de la classe, surtout visionné sur le grand écran du TBI ! Et parmi ces diapos, l'une notamment expliquant le décalage horaire, qu'à l'heure où Boulou se réveillerait, la classe attaquerait l'après-midi... ça les avait beaucoup intéressés, et intrigués.
Puis Boulou a eu son bulletin avant les autres, il a plié bagage et nous a dit au revoir (et les parents se sont fendus d'une magnifique orchidée pour me remercier...)
Durant les premiers jours qui ont suivi son départ, la classe a vécu au rythme du "Et en ce moment pour Boulou, il est quelle heure ?"

Une semaine plus tard, en route pour la rase campagne objectif voyage scolaire, je papotais donc tranquille avec Sassa, qui me re-re-re-demandait des explications sur la destination de Boulou. Et nous voilà reparties dans le décalage horaire, et là pour lui il est quelle heure, et quand il va se lever il sera quelle heure pour nous, et quand on va arriver est-ce qu'il sera levé, et quand il va manger est-ce que nous on sera revenus à l'école, etc... ?
On enlève ou on ajoute 6 heures à chaque fois selon le sens de la question, pas fastoche quand on ne sait pas encore vraiment lire l'heure !
Et Sassa essaie de s'y retrouver toute seule :
- Bon alors quand il sera 7h du soir chez nous, pour lui il sera 7h du matin, quand il sera 11h du soir pour lui il sera 11h du matin, ...
- Non, il faut que tu enlèves 6 heures, que tu fasses 11 heures moins 6 heures par exemple. Pour Boulou, il y a 6 heures en moins, il faut compter 11 moins 6.

Sourcils qui se froncent, yeux qui se perdent dans le vide, vague comptage du bout des lèvres, puis lourd renversement de nuque contre le dossier du car, et gros soupir en conclusion :

" C'est quand même pas facile, d'enlever des heures à la vie...!" 

J'ai trouvé ça si mimi, si vrai, si spontané que j'ai sorti de suite de quoi noter la formulation exacte avant de l'oublier...

Voilà !

Et re-bravo, Inspecteur Yann !!!

Posté par Mimi Je Reve à 21:49 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
mardi 5 juillet 2011

Question-tag

Promis, je vais prendre le temps de rédiger les circonstances et la réponse à la devinette précédente, très bientôt. Ce sera l'objet de la prochaine note !

Mais c'est encore un peu chaud au niveau emploi du temps, voyez-vous, c'est qu'en fait il s'est passé beaucoup beaucoup de choses cette année, j'assume la co-direction de l'école depuis 2 mois, et je viens d'accepter (plus ou moins contrainte, mais tout bien pesé c'est certainement mieux) d'en prendre la charge l'année prochaine. S'agit donc de tout préparer administrativement pour la rentrée, que je puisse déconnecter totalement ensuite !

En attendant, je me suis souvenue avoir été tagguée il y a quelques temps par Mistinguette, la coquine.

Il faudrait que je dévoile 7 choses inédites sur moi.

Sauf que je n'ai pas trop d'idées... Depuis le temps que j'écris, vous devez me connaître plutôt bien !
J'avais déjà répondu à ce genre de tag il y a quelques temps, c'était là, ouh la lal la, (mars 2008 quand même dis donc !) les 6 autres "révélations" sont à la suite de ce premier, impossible de tout mettre dans un seul post tellement je NE SAIS PAS faire concis... :-)

Et puis il y a eu le tag sur mes manies de maîtresse, aussi.

Alors trouver encore 7 nouvelles choses à raconter sur moi... je ne sais pas trop dans quelle direction aller, en fait.

Donc, voilà ce que je vous propose :
Quel genre de "révélation" (!!!) souhaiteriez-vous lire ? Que voudriez-vous savoir sur moi que vous ne sachiez pas encore ?

Allez-y, posez vos questions dans les comms !
Je ne garantis pas que je répondrai à tout, hé, ça reste mon blog, et puis il y a peut-être des choses que je voudrai garder pour moi, allez savoir ;-)

Vous avez carte blanche... à quelles questions devrais-je répondre dans ce nouveau tag ?

Posté par Mimi Je Reve à 12:40 - - Commentaires [7] - Permalien [#]