Il y a un an, je n'en avais toujours pas fini avec mes allers-retours entre les 2 apparts.
J'avais certes emménagé dans le nouveau depuis fin février, et même choisi un nouveau lit, et des jolis meubles pour la salle, mais je n'avais pas encore rendu l'ancien, et pour cause : il n'était pas encore... vide.
Le plus gros/lourd était parti dans le déménagement, mais restaient encore en tas dans la salle, des caisses de livres, magazines et paperasses à trier, et le contenu-vrac du placard de la salle de bain, et du bazar à jeter dans la chambre.
Mes parents étaient revenus 2 jours au début des vacances pour m'aider à camoufler les bêtises du chat, comprendre : retapisser le couloir et la chambre, et boucher à l'enduit les entailles dans les chambranles de la porte d'entrée et de la salle. Autant dire que je n'avais aucune illusion quant au retour éventuel de la caution... ^^
Mon petit cousin L. s'était même mis de la partie pour le détapissage et la peinture de tous les chambranles, parce qu'il fallait bien masquer l'enduit après, et pas possible de ne peindre que 2 encadrements de portes dans un couloir qui en abrite 6. En vert-printemps qui claque, histoire de bien trancher avec le beige neutre choisi pour les murs, et de bien couvrir les traces surtout... !!!

J'ai passé un certain nombre de soirs et même un nombre certain, après l'école, à aller trier puis rapatrier les caisses et sortir autant de sacs poubelle, j'ai pris la déchirante décision de me séparer de mes numéros de Studio (magazine ciné) accumulés depuis... 1991, mois par mois, impossible de les jeter, heureusement une amie de ma soeur tenant une librairie a bien voulu les prendre pour les mettre dans son rayon "occasions". Que ces magazines avec de belles photos aient une 2ème vie, ça c'est chouette. J'ai juste gardé quelques numéros, notamment celui ou mon commentaire à propos d'un film avait été publié (oui oui, il existe un n° de Studio avec, à la page des lecteurs, un comm' signé Mimi Je Rêve !) Et je suis toujours abonnée à Studio, qui s'appelle Studio CinéLive maintenant, donc je réaccumule petit à petit...

J'ai passé tous mes mercredis et we à frotter les fenêtres et les boiseries pour redonner une apparence à cet appart pourri. J'ai vidé une bouteille entière de javel sur les joints de la douche et laisser poser toute une nuit, le bac qui s'effondre et jours de + d'1 cm entre le mur et les carreaux se décollant à cause du déséquilibre du bac, ça je n'y pouvais plus rien mais au moins blanchir les joints au maximum... et ça a assez bien fonctionné. C'était l'opération de la dernière chance ! Et ça rendait plutôt pas mal au final. Rien à battre que ça fragilise les joints, t'façons elle est à refaire entièrement cette douche.

Gratter au maximum le salpêtre sur les murs de la cuisine et des toilettes, frotter la peinture qui s'effrite...  Récurer à fond les recoins des tuyaux des radiateurs, ça c'est grrr... ! Et les carreaux derrière la cuisinière, c'est fou ce qui peut s'accumuler derrière une gazinière qu'on ne déplace jamais, ouh laaaaaaaaaaaaa. Collègue2 qui vient récupérer ma gazinière que je donne pour sa nièce...

La 2ème couche de peinture verte sur les encadrements de portes du couloir, mes cheveux collés dedans, ^^, normal quoi. Gratter les gouttes vertes séches par terre...

Constat que ça ne sert vraiment à rien de retapisser la chambre si la peinture des boiseries n'est pas refaite auparavant et, désolée, mais c'est de l'usure normal, ce n'est pas au locataire de refaire. Les griffes du papier peint j'assume, mais 14 ans de vieillissage de la peinture qui gondole, craque et s'écaille sur les plinthes, fenêtres et radiateur, ce n'est pas de mon ressort. D'autant que les peintures n'étaient pas neuves à mon arrivée dans l'appart, donc ça devait faire bien davantage que 14 ans. Décision de laisser la chambre nue, détapissée mais non retapissée, je verrai avec le proprio. ça serait vraiment idiot de retapisser sans repeindre avant, et je refuse de repeindre, (et je n'ai pas envie de retapisser, pis d'abord à chaque fois que je lui ai montré le salpêtre à la cuisine il a haussé les épaules en disant que ça n'était pas grave alors une chambre pas retapissée, franchement... ça ne doit pas être pas grave non plus !!! Pis quitte à ne pas revoir la caution, t'façons... !!!!)
Pas retapissée donc, mais propre, bien davantage que quand je l'ai pris ça c'est sûr.

Les mains dans les produits ménagers, en équilibre sur l'escabeau, le coup de fil de collègue1 m'annonçant en exclusivité qu'il a réussi son concours et que donc il part pour de nouvelles aventures, youpi pour lui, et à moi la direction de l'école en intérim jusqu'à la fin de l'année... (bouhouhou, pour le départ de collègue1, collègue vraiment exceptionnel s'il en est)

Aujourd'hui encore, l'odeur du liquide nettoyant (ça devait être fraîcheur alpine ou un truc dans le genre !!!) m'évoque encore tout ça, tellement j'ai baigné dedans de façon intensive pendant plus d'un mois.