lundi 26 mars 2012

Il y a un an... -15-

Il y a un an tout pile...

Après avoir **enfin** réussi à tout sortir de ce fichu appart, rempli ma voiture encore 2 ou 3 fois, passé la 2ème couche de peinture verte sur les boiseries et tout briqué du sol au plafond, j'avais il y a un an rv avec mon proprio pour l'état des lieux et la restitution des clés. J'étais assez fière de ce que j'avais réussi à faire : rendre un appart bien plus propre que je ne l'avais loué 13 ans auparavant. 
La chambre n'était toujours pas tapissée mais qu'importe, je savais ce que j'allais dire pour me justifier. Quitte à ne pas récupérer la caution, t'façons !
A la salle, une empreinte de fer à repasser sur la moquette dont je n'avais aucune idée de comment elle était arrivée là, vu la fréquence à laquelle je sors mon fer... Mais bon, au point où j'en étais...

Le proprio est arrivé en avance.
Mais je l'étais encore plus que lui. Il a de suite sorti l'état des lieux datant de l'entrée dans l'appart, que je n'avais même pas eu idée d'apporter, pfff !, il a constaté l'usure des peintures de la cuisine, déjà noté dans l'état des lieux..., a accepté sans souci que les murs de la chambre soient nus et hoché la tête d'un air approbateur quand j'ai exposé mes raisons, a même ajouté que de toutes façons il allait faire changer les fenêtres (ultra-nécessaire !) et sans doute troquer les moquettes contre du parquet, plus simple d'entretien.
Il a constaté les défauts dans l'installation du bac de douche, cause de l'effondrement du carrelage, et enfin, remarqué que "l'empreinte du fer à repasser était toujours là sur la moquette de la salle". Quoi, alors elle était déjà dans l'état des lieux à l'emménagement ? ça explique pourquoi je ne me souvenais pas de son origine !!!

Et il a conclu par un :
- Bon, très bien, je vous enverrai le chèque de caution dès lundi. (Waouh ! celle-là, je ne m'attendais pas du tout à la revoir !!!)
Et il a pris ma nouvelle adresse. Et relevé les compteurs.
Pis j'ai rendu les clés.

Voilà. 13 ans qui se tournent, un peu... 

J'ai reçu la caution la semaine suivante. Comme quoi, enduit, peinture fraîche, papier peint... Et l'odeur de propre flottant, que dis-je, incrusté, dans l'air et le carrelage ! Il est probable aussi que l'état général des murs (humidité, salpêtre,...) l'ai emporté sur l'état des revêtements. Qu'importe !
Depuis, je sais qu'il y a eu des travaux, et j'aurais bien aimé voir le changement... Je pense que cet appart doit être reloué, maintenant. 
Et sans doute plus cher.

Après mon déménagement, j'ai été conviée en "pièce rapportée" à 2 nouveaux barbecues, nourris/servis par le voisin-chef de resto, sympa ! Repas des voisins haut de gamme, chez vous c'est taboulé/merguez/tarte aux pommes ? Nous c'était marinade d'agneau et son feuilleté d'aubergine, oui oui oui, et confit de fraises et sa mousse au chocolat blanc !

Puis il y a eu l'été 2011.
Et à partir de là, une véritable hémorragie dans l'impasse, pour des raisons diverses et pas toutes bien joyeuses. De tous les participants aux repas de "notre impasse", 9 appartements ont changé de locataires depuis. C'est énorme. Sur 14 apparts, quand même... Mon ancien voisin du dessous dit que l'ambiance n'est plus du tout la même, et que pour le moment il n'y a plus de repas champêtres au fond du parking. 

Un an plus tard, je n'ai plus vraiment le temps d'aller au centre-ville, et surtout, surtout... je suis très bien dans mon nouveau chez-moi. Mais il n'y a pas de repas commun sympa ici... 
Pour le moment !

BREF.
J'ai déménagé.

Posté par Mimi Je Reve à 21:55 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

dimanche 18 mars 2012

Il y a un an... -14-

Il y a un an, je n'en avais toujours pas fini avec mes allers-retours entre les 2 apparts.
J'avais certes emménagé dans le nouveau depuis fin février, et même choisi un nouveau lit, et des jolis meubles pour la salle, mais je n'avais pas encore rendu l'ancien, et pour cause : il n'était pas encore... vide.
Le plus gros/lourd était parti dans le déménagement, mais restaient encore en tas dans la salle, des caisses de livres, magazines et paperasses à trier, et le contenu-vrac du placard de la salle de bain, et du bazar à jeter dans la chambre.
Mes parents étaient revenus 2 jours au début des vacances pour m'aider à camoufler les bêtises du chat, comprendre : retapisser le couloir et la chambre, et boucher à l'enduit les entailles dans les chambranles de la porte d'entrée et de la salle. Autant dire que je n'avais aucune illusion quant au retour éventuel de la caution... ^^
Mon petit cousin L. s'était même mis de la partie pour le détapissage et la peinture de tous les chambranles, parce qu'il fallait bien masquer l'enduit après, et pas possible de ne peindre que 2 encadrements de portes dans un couloir qui en abrite 6. En vert-printemps qui claque, histoire de bien trancher avec le beige neutre choisi pour les murs, et de bien couvrir les traces surtout... !!!

J'ai passé un certain nombre de soirs et même un nombre certain, après l'école, à aller trier puis rapatrier les caisses et sortir autant de sacs poubelle, j'ai pris la déchirante décision de me séparer de mes numéros de Studio (magazine ciné) accumulés depuis... 1991, mois par mois, impossible de les jeter, heureusement une amie de ma soeur tenant une librairie a bien voulu les prendre pour les mettre dans son rayon "occasions". Que ces magazines avec de belles photos aient une 2ème vie, ça c'est chouette. J'ai juste gardé quelques numéros, notamment celui ou mon commentaire à propos d'un film avait été publié (oui oui, il existe un n° de Studio avec, à la page des lecteurs, un comm' signé Mimi Je Rêve !) Et je suis toujours abonnée à Studio, qui s'appelle Studio CinéLive maintenant, donc je réaccumule petit à petit...

J'ai passé tous mes mercredis et we à frotter les fenêtres et les boiseries pour redonner une apparence à cet appart pourri. J'ai vidé une bouteille entière de javel sur les joints de la douche et laisser poser toute une nuit, le bac qui s'effondre et jours de + d'1 cm entre le mur et les carreaux se décollant à cause du déséquilibre du bac, ça je n'y pouvais plus rien mais au moins blanchir les joints au maximum... et ça a assez bien fonctionné. C'était l'opération de la dernière chance ! Et ça rendait plutôt pas mal au final. Rien à battre que ça fragilise les joints, t'façons elle est à refaire entièrement cette douche.

Gratter au maximum le salpêtre sur les murs de la cuisine et des toilettes, frotter la peinture qui s'effrite...  Récurer à fond les recoins des tuyaux des radiateurs, ça c'est grrr... ! Et les carreaux derrière la cuisinière, c'est fou ce qui peut s'accumuler derrière une gazinière qu'on ne déplace jamais, ouh laaaaaaaaaaaaa. Collègue2 qui vient récupérer ma gazinière que je donne pour sa nièce...

La 2ème couche de peinture verte sur les encadrements de portes du couloir, mes cheveux collés dedans, ^^, normal quoi. Gratter les gouttes vertes séches par terre...

Constat que ça ne sert vraiment à rien de retapisser la chambre si la peinture des boiseries n'est pas refaite auparavant et, désolée, mais c'est de l'usure normal, ce n'est pas au locataire de refaire. Les griffes du papier peint j'assume, mais 14 ans de vieillissage de la peinture qui gondole, craque et s'écaille sur les plinthes, fenêtres et radiateur, ce n'est pas de mon ressort. D'autant que les peintures n'étaient pas neuves à mon arrivée dans l'appart, donc ça devait faire bien davantage que 14 ans. Décision de laisser la chambre nue, détapissée mais non retapissée, je verrai avec le proprio. ça serait vraiment idiot de retapisser sans repeindre avant, et je refuse de repeindre, (et je n'ai pas envie de retapisser, pis d'abord à chaque fois que je lui ai montré le salpêtre à la cuisine il a haussé les épaules en disant que ça n'était pas grave alors une chambre pas retapissée, franchement... ça ne doit pas être pas grave non plus !!! Pis quitte à ne pas revoir la caution, t'façons... !!!!)
Pas retapissée donc, mais propre, bien davantage que quand je l'ai pris ça c'est sûr.

Les mains dans les produits ménagers, en équilibre sur l'escabeau, le coup de fil de collègue1 m'annonçant en exclusivité qu'il a réussi son concours et que donc il part pour de nouvelles aventures, youpi pour lui, et à moi la direction de l'école en intérim jusqu'à la fin de l'année... (bouhouhou, pour le départ de collègue1, collègue vraiment exceptionnel s'il en est)

Aujourd'hui encore, l'odeur du liquide nettoyant (ça devait être fraîcheur alpine ou un truc dans le genre !!!) m'évoque encore tout ça, tellement j'ai baigné dedans de façon intensive pendant plus d'un mois.

 

Posté par Mimi Je Reve à 19:19 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
vendredi 16 mars 2012

Loupé, mais sympa !

Juste à l'heure de la sortie ce soir, Tutu se retourne vers moi :
- Bonne fête, maîtresse ! 

??? Peut-être ai-je mal entendu ?

- Bonne fête ? pourquoi bonne fête ? Ce n'est pas ma fête aujourd'hui ? C'est la fête des maîtresses ?

- C'est maman, elle m'a dit de te dire bonne fête aujourd'hui paske c'est la fête des Bénédicte.

- Aaaaah, c'est très gentil... mais je ne m'appelle pas Bénédicte !!!

Me suis marrée toute seule pendant un bon quart d'heure.
En tout cas, bonne fête à toutes les Bénédicte... perso je ne crois pas que j'en connaisse.

:-D

Posté par Mimi Je Reve à 19:30 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
mercredi 7 mars 2012

Make-up

La dernière semaine avant les vacances, c'est un matin dans la voiture en regardant dans la rétro pour ma marche-arrière, je me suis rendue compte que... j'avais oublié de me maquiller.

Ce qui ne m'arrive jamais.
Non pas que je me maquille énormément, mais j'ai les cils clairs, longs mais très très peu fournis sur les paupières du haut donc sans mascara ça fait vraiment yeux nus, et à peine 3 cils sous chaque œil qui se battent en duel (et c'est pas facile de se battre en duel à 3 ^^) sur les paupières du bas donc je ne peux même pas y poser du mascara, je trace juste un trait de crayon pour compenser.
Rien d'autre, ni fond de teint ni fard ni rouge-à lèvre, en tout cas pas pour aller à l'école. (RàL le jour de la kermesse éventuellement, mais comme de toutes façons je le mange...)
Bref, donc juste mascara et trait de crayon. Et sans, ben, ça se voit. Quand les cils (si on en a !!!) ne ressortent pas, ça fait un autre regard, comme des yeux plus petits.
Maquillage léger, mais quotidien.

Enfin, sauf ce matin-là, zappé, allez savoir pourquoi ??? 
Pas le temps de remonter, tant pis, c'est parti pour la journée. J'aurai juste l'air de sortir du lit, les parents se diront que je dois être malade, tant pis.

C'est seulement après la récré du matin que Sassa, toujours très franche et observatrice, m'a demandé en me fixant :
- Je sais pas pourquoi maîtresse, mais aujourd'hui on dirait que tes yeux sont pas comme d'habitude ?

Ah. Here we are.
Alors je lui explique que ce matin je suis partie très vite, et j'ai complètement oublié de me maquiller, c'est pour ça, ça change un peu.

Et c'est après la récré de l'après-midi que Louloute, en m'apportant son cahier au bureau, m'a glissé :

- Quand même maîtresse, demain t'oublieras pas de te maquiller, paske là c'est un peu... (moue qui semble vouloir dire "pas terrible")

- UN PEU QUOI ???

- Ben c'est mieux quand t'es maquillée, quoi ! 

OK, je le note.
Merci les filles.
:-D

Posté par Mimi Je Reve à 19:46 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
dimanche 4 mars 2012

Il y a un an... -13-

Ouh lalalala, j'ai laissé passer la date d'il y a un an :-)

Il y a eu un an le 26 février très exactement, je déménageais, donc.
J'étais loin d'avoir tout empaqueté, le but était d'emmener tout le gros, tout ce que je ne pouvais pas déplacer moi-même. Le petit qui resterait, je pourrais terminer seule, mon préavis étant pour fin mars.
Ma voiture est tombée en rade... la veille au soir. Au milieu du parking. Youpi !!! Le garagiste est venu le samedi matin 8h, c'était la batterie, il l'a démarrée et m'a conseillé de laisser tourner le moteur pendant au moins une heure.

Pendant ce temps, une copine se désistait au dernier moment, collègue-de-maternelle itou (ouééé !), collègue2 arrivait avec une camionnette (oooouf), et un couple de copains m'annonçait qu'ils ne seraient là qu'aux alentours de midi. Comme j'ai répondu qu'on serait sans doute sur le point de terminer à c't'heure, (y'en avait un peu marre des déceptions pour cette matinée...) finalement ils sont arrivés une 1/2 d'heure plus tard, quelle chouette surprise, et quel plaisir de les revoir après plusieurs mois... Ainsi mes cops ont enfin fait la connaissance de collègue2. Et ils en avaient bôôôôcoup entendu parler, ils avaient hâte de rencontrer The phénomène ! (Vous aussi vous en entendriez beaucoup parler si je m'y autorisais ici, mais non, je ne le ferai pas ^^)

Brèfle, ma voiture tournait sur le parking, je la remplissais de sacs, cartons et objets divers et variés, papa démontait les quelques meubles et remplissait sa voiture et la remorque, collègue2 et pote s'occupaient de transporter les quelques meubles, maman et potesse emballaient. Mes (anciens) voisins allaient et venaient dans l'impasse et venaient taper la causette.
Estimant au bout d'1h30 que ma voiture avait assez tourné et que la batterie devait être rechargée, je coupais le moteur.
Aaarf.
Fi-ni, elle n'a pas voulu repartir.
Elle était chargée ras la goule, du coffre jusqu'au siège passager.

Nous étions prêt à partir (sauf ma voiture ^^)... juste quand il s'est mis à pleuvoir.
Le temps de tout monter dans le nouvel appart, merci collègue2 et pote pour le prêt de vos bras musclés, un second aller-retour pour prendre le frigo, la machine à laver, les plantes et le chat, 13h c'était bouclé, il tombait des cordes et nous passions au pique-nique/champagne dans les coupes en plastique, dans mon tout nouveau chez-moi.

Puis l'après-midi, les copains sont repartis, coup de fil de la femme de collègue2 pour lui assurer que oui, il était bien avec moi à m'aider à déménager, que non nous n'étions pas seuls, que oui il allait rentrer bientôt, ouh la la !
Avec mes parents nous sommes allés acheter une batterie neuve pour ma petite saxo, et enfin j'ai pu emmener son chargement. Des sacs, des sacs, des sacs, des sacs... et encore des sacs ! 

Première nuit à l'appart.
Le chat qui fait ses griffes sur la tapisserie de la chambre.
Les bruits nouveaux, qui résonnent, les odeurs du couloir.
Et, en fin de matinée le lendemain alors que je sortais pour aller chercher du pain, ô surprise... un plein sac de coussins et d'habits oublié à la sortie de l'ascenseur, depuis la veille fin d'aprèm !!! Les voisins ont dû se poser des questions sur la nouvelle arrivante !

Posté par Mimi Je Reve à 21:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 1 mars 2012

Loupé

Vous la connaissez la ù%&§µ£$
qui,
n'étant pas allée à la piscine depuis janvier (trachéite, conjonctivite, maxi-bouloïte, fatiguite, flemmingite, frigorifite, overbookite aigüe, ...),
s'est dit qu'une semaine de retour de vacances, reposée, avec super beau temps, c'est l'occase idéale pour s'y replonger,
qui y a accompagné sa classe cet aprèm et les a beaucoup jalousé de pouvoir barboter DANS l'eau alors qu'elle devait rester sur le bord en ayant troooop chaud, pouvant à peine se rafraîchir le bout des orteils,
et s'est donc effectivement pointée à la piscine à 20h00, sautillante, pleine d'allant et de motivation, ...

... sans son maillot de bain ? 

 

Aaaaaaaaaaaarrrrrrrrrrrrrgggggggggghhhhhhhhhhhh.

>_< 

 

Posté par Mimi Je Reve à 21:56 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
lundi 13 février 2012

C’est grave, Doctor ?

Depuis plusieurs mois...

● Je dis très souvent "Brilllllianttt !" ou "Fantastic !", avec l'accent anglais (souvent dans ma tête plutôt pour qu'on ne me pose pas trop de questions...)

●  Je dis encore plus souvent : "Allllons-yyyyyyy !", en classe par exemple, et je rigole toute seule. Mais je ne connais pas d'Alonso.

●  Je sais dire tournevis en anglais. 

●  Quand quelqu'un m'agace, j'ai envie de lui asséner "EXTERMINATE ! EXTERMINATE !" d'une voix froide et métallique ET nasillarde.

●  Le soir, quand je ferme mes volets, je guette parfois au cas où je verrais passer dans le ciel une cabine de police anglaise bleue, style années 50. Je me suis très sérieusement demandée ce que je ferais si le TARDIS se posait sur la pelouse (je crois que j'irais à sa rencontre.)

●  Je sais dire le nom de la planète Raxacoricofallapatorius, de tête, plusieurs fois de suite sans bafouiller, oui oui oui.

●  Quand j'aperçois, à la TV, quelqu'un qui porte un masque à gaz, je suis obligée de demander d'une petite voix "Are you my mummy ?"

●  Si mes plantes de pieds me permettaient de marcher à plat toute la journée, et si j'étais plus grande, aussi :-),  je porterais probablement des converses rouges. 

● Et surtout, surtout, surtout, j'ai une frousse bleue (blanche, verte, la couleur que vous voulez !)  des statues d'anges.

 

Auriez-vous dans votre entourage des gens présentant les mêmes symptômes ? 

 

 Ah, aussi : mangez des bananes. Les bananes, c’est plein de potassium.
Bananas are gooood !

(explications plus tard, sinon ça fait trop long...)

Posté par Mimi Je Reve à 21:21 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
jeudi 9 février 2012

Il y a un an... -12-

Il y a un an, tout pile, nouveau rendez-vous chez le notaire.
Toute la matinée j'ai appréhendé le coup de fil qui viendrait annuler, encore une fois... mais, ouf, non. 

Cette fois, tadadaaaa, c'était bel et bien signé. 

Et, et, eeeet... selon le notaire, il avait mal fait ses comptes en termes de charges notamment. Il me doit des sous, quoi.

Vente effective, ayé. 
Les vendeurs repartent avec tous mes sous (bouououououh...) certes,

... mais l'acheteuse repart elle aussi avec un chèque, du notaire !
Décidément, je n'y connaissais rien de rien en immobilier, mouâ. 

MaSoeur à qui je racontais ça par sms m'a alors suggéré : 
"Tu devrais y retourner une 3ème fois, qui sait, y'aura peut-être 3ème chèque ?!!!"
 

Posté par Mimi Je Reve à 20:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
lundi 6 février 2012

Birth day

Travail sur l'écriture de la date avec les CP, avec le mois en toutes lettres : 6 février 2012,
ou bien en abrégé style 06/02/2012.

On a bien révisé les mois (aïe aïe aïe...), leur ordre pour pouvoir retrouver leur numéro, et puis petit exercice où je leur demande d'écrire leur propre date de naissance des 2 différentes façons.
Bien évidemment j'ai pris ma liste de classe avec moi, je me doute qu'au moins un tiers ne connaît pas sa date de naissance... Bingo. 
Ceux qui veulent que je la leur donne lèvent le doigt, donc, et Lélé qui semble très soucieuse de ne pas connaître sa date de naissance m'écoute avec attention.
- Lélé, tu es née le 8 juillet 2005.

Elle se fige en ouvrant de grands yeux.
- Ah bah ça alors, 8 juillet, c'est pile comme ma date d'anniversaire !!!
- ...

Et voilà.
Je fais du CP depuis 13 ans, JAMAIS, jamais encore je ne m'étais demandée s'il était évident pour tous que la date d'anniversaire avait un rapport certain avec la date de naissance... 

Posté par Mimi Je Reve à 21:21 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
dimanche 5 février 2012

Il y a un an... -11-

Il y a un an, continuait la valse des sacs archi-pleins.
J'avais viré le surplus de fringues au milieu de la pièce, j'avais *enfin* accès aux étagères...
Les soirs je remplissais de grands sacs de tous mes bouquins, manuels et documents scolaires, BDs, collections de documentaires, fichiers, classeurs, etc. Pas trop remplis quand même, fallait pouvoir les soulever ! Idem pour les bibelots finalement gardés (les autres donnés à Emmaüs), les fringues d'été, les housses de couettes et serviettes de bain, les multiples cd, les quelques dvd, etc.
Le matin je remplissais mon coffre de voiture (et bien souvent la banquette arrière), 3-4 aller-retours dans l'escalier, je n'avais pas froid !!!, puis j'allais bosser.

Et le soir en rentrant de l'école je m'arrêtais dans mon nouveau chez-moi-pas-encore-vraiment-à-moi-pour-de-vrai, et j'entassais mes sacs dans le hall, et je remerciais le ciel qu'il y ait un ascenseur bien que ce ne soit qu'au 2ème, et hop 3-4 aller-retours... Je n'avais toujours pas froid, loin de là !
Puis dans une pièce de moins en moins vide je transvasais le contenu des sacs dans des cartons fournis par la femme de Collègue1, récupérés à son boulot.
Et enfin je rentrais chez moi avec mes sacs vides, et je passais ma soirée à... les re-remplir.

Et rebelote le lendemain matin, chargement des sacs de nouveau pleins, etc.
J'ai fait ça pendant une bonne quinzaine de jours, minimum. Les we, je faisais même parfois plusieurs aller-retours.

Ça s'appelle un déménagement sac par sac ! Et c'est bien plus pratique de porter 2 sacs de chaque côté, même bien lourds, qu'un seul carton tout aussi lourd, finalement.

Voyant sur le parking de l'école tous les jours ma voiture remplie ras la goule, quelques parents m'ont demandé si j'habitais carrément dedans... :-)

Pendant ce temps, j'espérais fortement que les vendeurs se dépatouillent rapidement de leur sac de noeud bancaire, parce que s'il fallait re-vider l'appart pour le rendre... aaaaaaaaaaaaaaaaah, noooon.

Et pis non non non, quoi, c'était "presque" le mien déjà.

Posté par Mimi Je Reve à 22:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]