vendredi 22 novembre 2013

Doctor Who

logo 

"The Doctor" est un Seigneur du Temps, il vient de la planète Gallifrey, il a plus de 1000 ans et voyage grâce à son Tardis (vaisseau spatial pouvant prendre l'apparence d'un objet du quotidien afin de passer inaperçu, mais actuellement bloqué sur le look d'une petite cabine de police bleue anglaise des années 50) à travers le temps et l'espace afin de découvrir les beautés de l'univers.
Comme il a une petite tendresse pour le genre humain, il vient souvent sur la Terre. Et comme il n'aime pas trop être seul, il s'adjoint souvent un "compagnon d'aventures".

 

DW

 

Who n'est pas son nom. Il en a sans doute un, de nom, mais en tout cas on ne le connaît pas (mais River, si.) Pis on s'en fiche. C'est le Docteur. Juste le Docteur. 

Il voyage dans l'espace et rencontre des aliens les plus divers, il voyage dans le temps et rencontre des personnages célèbres (oooh, l'épisode avec Shakespeare ^^)(et celui avec Van Gogh...), il sauve le futur, la terre, et l'univers, un nombre incalculable de fois (évidemment), prône la non-violence, le respect et la liberté, est inséparable de son tournevis sonique, distille partout sa bonne humeur et sa soif de connaissances et de rencontres... 

Comme je l'ai déjà dit l'autre jour, cette série a débuté il y a 50 ans, très exactement.
Le 23 novembre 1963.

50 ans tout pile donc, et bien sûr un épisode spécial à cette occasion, diffusé simultanément dans 94 pays (94 !!!)

Au départ, la série devait être une émission pour intéresser le jeune public à la science et à l'histoire, grâce à ce docteur-professeur, qui voyageait alors avec sa petite-fille. Et puis les aventures ont pris le dessus, les audiences aussi, et Doctor Who est devenu un rendez-vous incontournable chez les petits britanniques.
Quand l'acteur principal a voulu prendre sa retraite, pas question d'arrêter la série !, les scénaristes ont imaginé que le héros pouvait tout simplement... se régénérer lorsqu'il mourrait. Rester lui-même tout en changeant de corps (et un peu de personnalité aussi). Pratique, fastoche, ingénieux !

Au fil des ans les acteurs se sont succédé (11 pour le moment, bientôt 12), le noir et blanc est devenu couleurs, les épisodes-à-tiroirs de 20 minutes sont devenus des épisodes de 42 minutes...
Les adultes qui ont grandi avec la série ont initié leurs propres enfants, certains ont tourné dedans (c'est le cas de David Tennant, 10ème Docteur, qui, tout petit déjà, rêvait d'interprêter... le Docteur)(et a épousé la fille de l'interprête du 5ème Docteur)(laquelle a joué dans un épisode le rôle de la fille... du 10ème Docteur)(quoi, compliqué ? meuh non !!)

                                              Tennant
                                      (message personnel : David Tennant, je t'aime)
                                                          (même si je ne suis pas fille du Docteur... ***soupir***)

Cette série plaît aux petits autant qu'aux grands parce qu'elle offre justement plusieurs niveaux de lecture. On a peur (série que l'on regarde caché "behind the sofa" ^^), on rit, on s'inquiète, on voyage, on frissonne (les méchants Daleks, brrr, monstres de fer (en forme de... salière ?) dépourvus de sentiments), on s'identifie à l'un ou l'autre des personnages, on devient des compagnons nous aussi...
Les histoires plaisent aux enfants, mais le fond de l'histoire est plus profond qu'il n'y paraît et accroche les parents. Les 1ers fans sont largement grands-parents maintenant ! 

 

                                              daleks 
                                         Phrase préférée des méchants Daleks : EXTERMINATE !!!!!!!!!!

 

C'est bien sûr une institution en Grande-Bretagne et une exposition y est consacrée à Cardiff. Voir les aliens grandeur nature (mais pas les anges, hein !), visiter l'intérieur du Tardis, waouaaaah ça doit super chouette...

Malheureusement de nombreux épisodes des débuts ont été perdus, notamment dans un incendie du lieu de stockage, ou tout simplement parce qu'au départ la BBC n'avait pas l'idée de conserver les épisodes et réenregistrait les nouveaux par dessus les anciens.
Perso, je n'ai pas vraiment attaqué encore la première série, celle de 1963, (j'en ai vu une dizaine d'épisodes à peine), le rythme, la diction, le manque de sous-titres (et de temps !) m'ayant freinée jusque là. Mais c'est en projet, obligé.
Par contre j'ai vu les 7 saisons de la nouvelle série (qui est bien la suite de la 1ère et non pas un remake) plusieurs fois, et ce sont les seuls dvd de série que je possède.

Les changements d'acteurs sont la base du renouvellement de la série, et entraînent des discussions sans fin chez les afficionados, chacun ayant son préféré bien sûr, et il faut reconnaître que chaque Docteur est important. Le Onzième est particulièrement drôle, dans ses mimiques, sa dégaine, ses réflexions. L'acteur réussit à incarner un personnage si vieux tout en ayant le corps d'un jeune homme, il retransmet notamment fort bien la dualité entre son dynamisme et le poids de son long et lourd passé. Bah oui, en 1000 ans d'existence il s'en passe, des choses, oh lalalala... Que d'aventures !

 

<< - And sorry, who are you ?
- Hello, I'm the Doctor !
- Doctor who ?
- Just the Doctor ! >>              
         

                                     just

                                                                                             to be continued... :)

 

Posté par Mimi Je Reve à 22:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

lundi 21 octobre 2013

New Girl

ortf    J'ai des soucis d'ordi en ce moment, et si ça m'empêche d'aller vous voir aussi souvent que je le voudrais, ça ne m'empêchera pas de vous parler d'une autre de mes séries préférées, comme promis il y a quelques temps.

Aujourd'hui, voici New Girl.     
Je vous présente Jessica Day qui, suite à une rupture qui l'anéantit doit rapidement se reloger, et ne trouve comme nouvel appart qu'une coloc avec 3 gars qu'elle ne connaît pas du tout.

                                               new girl3
Il y a Nick, le barman-looser, Schmidt le maniaque-dragueur, et Winston le joueur de basket déchu-inutile... vaste programme !
Jess est fantasque et fofolle, un peu naïve et profondément gentille, et ses 3 comparses se révèlent être tout aussi barrés qu'elle, à leur manière... Ils apprennent à se découvrir, à cohabiter, à avancer ensemble, et nous on rit, on s'esclaffe, on hallucine, on compatit à leurs petits malheurs, et surtout, on prend une grande leçon de peps et d'optimisme avec Jess.

Les épisodes font 22 minutes, la 3ème saison vient juste de démarrer aux USA. La première saison a été diffusée sur TF6 chez nous (je ne sais pas ce que donne le doublage, je continue de préférer la vost ^^) (D'autant que Jess a une voix grave très caratéristique) 

Vous avez l'impression de connaître l'actrice, Zooey Deschannel ? Normal, c'est la sœur de Emily Deschannel, dans Bones... un air de famille, assurément ! Le groupe de musique "She and him", c'est elle encore.

Bref, besoin de bonne humeur et de légèreté ? N'hésitez pas, meet Jess and her friends ! Avec eux, chaque journée banale devient toute une aventure...

                                           new_girl_2

                                                  ♫  Who's that girl ? It's Jess !  

 

Posté par Mimi Je Reve à 00:10 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
mercredi 26 juin 2013

Community

tele Je vous avais dit que je vous parlerais de mes séries coup de coeur récentes... Here we go !
Commençons avec Community (durée des épisodes : 22 minutes).

Jeff Winger, la trentaine arrogante et sarcastique, vient de se faire radier du barreau, et se voit donc obligé de retourner sur les bancs d'une fac de seconde zone (= Community College) pour repasser son diplôme d'avocat. Il voudrait à la fois obtenir son exam sans trop bosser, passer inaperçu ET draguer tranquille, mais se forme autour de lui un groupe d'individus aussi différents qu'attachants avec lesquels il se retrouve embarqué dans un "groupe d'étude" :

Il y a Britta, étudiante tardive un peu paumée, 
Shirley, mère de famille fraîchement séparée de son mari,
Annie, jeune étudiante très très studieuse,
Troy, ancienne star de foot américain au lycée qui a saccagé lui-même ses chances d'obtenir une bourse, 
Pierce, le sexagénaire 7 fois divorcé,
et surtout Abed, passionné de cinéma qui ne voit le monde qu'à travers films et séries. Mon perso préféré, sans aucun doute !

Le doyen est totalement allumé (le mot est faible), le prof d'espagnol... hahem, pire encore, les dialogues sont piquants, les situations surréalistes, ça va à 100 à l'heure... un vrai régal.

Ah ça, mes années fac ont été moins drôles, c'est certain !

Il y a beaucoup d'épisodes "spéciaux" parodiant telle ou telle série, recréant une scène d'un film culte, ou bien entièrement en pâte à modeler, où les personnages deviennent des marionnettes... Très inventif, souvent abracadabrant, et fort drôle. 
Tout est prétexte à délirer, mais pourtant plus profond qu'il n'y paraît, en fait...

Les 3 premières saisons sont géniales (moi aussi je veux faire une bataille géante de coussins  à l'école !! ), la 4ème a été une grande déception. Faut dire aussi que les producteurs avaient viré le "showrunner" (à cause d'une incompatibilité d'humeur avec l'un des acteurs, ça s'est clairement senti sur la qualité... les remplaçants n'étaient pas du tout à la hauteur, malheureusement.)
Il semblerait qu'il ait finalement été rappelé pour mettre en place la 5ème saison, youhouuu, attendons !

Bref, envie de rigoler bêtement devant les facéties d'un groupe bien déjanté ? Allez faire un tour sur Community avec Jeff, Britta, Abed and co !

                                  comunity-logo

Par contre petit conseil, si possible regardez cette série en VO sous-titrée (ou pas d'ailleurs ^^, moi sans les sous-titres c'est trop difficile, je manque trop de vannes), parce que le doublage français est juste une catastrophe. (Je ne dis pas que toutes les VF sont des catastrophes, loin de là, mais pour Community, c'est bel et bien cas...)

♫ Troy & Abed in the moooorning ! ♫

Posté par Mimi Je Reve à 22:02 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
mercredi 5 juin 2013

Génération Séries

La famille Barbapapa    Je suis de la génération TV bien sûr, j'ai commencé avec Aglaë et Sidonie, Chapi-chapo, les Barbapapas et, bien évidemment, Casimir et l'île aux enfants... et le grand Tocata dans 1, rue Sésame...

Puis il y a eu La petite maison dans la prairie.

Et le Sitio du Picapau Amarelo, attends j'ai jamais dit qu'elles étaient toutes diffusées en France !

Ma Sorcière bien-aimée, Les drôles de Dames, La croisière s'amuse, Happy Days, Papa Shultz ou les Têtes brûlées (mais ils ne diffusaient que des trucs des années 70 dans les années 80 ou quoi ??)

Santa Barbara ou Côte Ouest (ah ben oui, aussi !)
EC-CLEC-TI-QUE.

Et beaucoup d'autres, bien trop pour les nommer toutes, Madame est servie, le Cosby show, Beverly Hills, j'en oublie, et... Twin Peaks. Peut-être la toute première que j'ai suivie vraiment assidûment, jeune étudiante ne disposant que d'une vieille tv noir et blanc je demandais à mon petit frère encore lycéen de me les enregistrer au magnétosocope pour que je puisse les regarder en couleur lors de mon retour au domicile familial le we (lessive oblige !)

Friends bien évidemment, le Drew Carey show (que je n'arrive pas à retrouver sur le net :S ), Code Quantum, Parker Lewis, Demain à la une, Sliders, Urgences, Les années Collège (Degrassi), Hartley Coeurs à vif, Clair de lune, 21 Jump street, ...

Et puis Loïs & Clark (oh lala que celle-ci a mal vieilli !), Sauvé par le gong, Ally mc Beal (que j'enregistrais parce que c'était diffusé pile le soir des conseils de maîtres !), Charmed, Agence Acapulco (rhaaaa...) format 25 minutes ou 50 qu'importe, pourvu que ce soit drôle, bien ficelé et un peu émouvant aussi... tous genres confondus.

Certes, peu de productions françaises là dedans. Il devait y en avoir, mais elles ne me reviennent pas spontanément. Ah si, Goal par exemple, (juste pour Frédéric Diefenthal à ses débuts...), ou Extrême Limite, pour les débuts de Gregori Baquet cette fois...

Bref, je ne peux pas tout lister et je ne chercherai même pas une image pour illustrer chacune.

Et puis il y eut... l'avènement du net.

Lorsqu'un soir de vacances, tard, je suis tombée sur cette série dont j'avais lu des critiques élogieuses, et dont le thème était quand même surprenant : le héros est un tueur en série de... tueurs en série, spécialiste scientifique pour la police qui plus est. Dexter m'avait accroché. Il fallait que je voie la suite. Mais pas à 23h30, je ne peux pas sacrifier le temps de sommeil, moi !

Je ne sais plus qui (mon frangin sans doute) m'avait alors expliqué comment dénicher les épisodes sur internet sans téléchargement aucun... et CRAC.
Voilà comment le piège se referme.

J'étais cuite. J'ai dévoré Dexter, enchaîné les saisons jusqu'à rattraper la diffusion américaine, rongé mon frein pendant les "buffering"..., hurlé pour les "you watched 72 minutes. Wait for 1 hour and try again" surtout quand tu en es juste à 10 minutes de la fin... ou pire, que tu viens de commencer depuis à peine 12 minutes, nan mais ho je rêve ou quoi ?!
Puis j'ai cherché à voir d'autres séries alors diffusées sur des chaînes que je n'avais pas.
J'ai plongé dans des histoires géniales, d'autres moins, tremblé, ri, pleuré (oh lala oui), découvert enfin les séries anglaises...

Je vous propose de vous présenter mes préférées récentes.
Bon, dans une prochaine note, d'accord ? Paske là ça commence à faire un peu long.

Et vous, quelles séries "anciennes" vous ont marquées ?
C'est là que l'on va voir les différentes générations... ^^

...

Edit : Et si vous vous sentez l'âme d'un/une sériphile, voire sérivore !, et que vous avez 5 minutes devant vous, n'hésitez pas à aller remplir ce petit questionnaire, là-bas.

Posté par Mimi Je Reve à 11:00 - - Commentaires [57] - Permalien [#]