lundi 31 mai 2010

Politesse

Lorsque j'aide un élève (soigner un bobo, décoincer une mine captive au fin fond d'un taille-crayon, mater une fermeture récalcitrante, démêler des lacets, refaire une queue de cheval, rattacher une boucle de ceinture rebelle,...) et que l'enfant s'en retourne ensuite à sa place tranquillement sans me remercier, j'ai pour habitude de lancer un petit "de rien !", juste comme ça.
Qui déclenche généralement immédiatement chez l'enfant un "merci !" de rattrapage.

Je n'ajoute rien, les choses sont dites, c'est l'essentiel.

Je venais justement d'aider Juju à attacher fermement ses lacets, rha la la ces fils gainés de plastique ça ne tient jamais à moins de serrer très très fort. J'ai terminé, il récupère son pied et se dirige vers sa place.
- De rien !, lance-je.
Juju se retourne l'air surpris, me jette en coup d'oeil et puis marmonne tout à fait sérieusement :
- Bah d'habitude on dit ça quand quelqu'un a dit merci avant ??!!
(L'air de dire, "elle débloque maîtresse, personne n'a dit merci, pourquoi elle dit ça !!")

Hahem, justement Juju, justement...

***soupiiiiir...***

Posté par Mimi Je Reve à 20:07 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

jeudi 27 mai 2010

Note pour plus tard :

1 - ARRÊTER de prévoir des cadeaux fragiles pour la fête des mères.
Cette année j'avais déniché un lot de petits masques vénitiens à peindre, pas chers du tout.
Bilan, surpriiiise à l'ouverture ! 2 déjà cassés dedans les paquets. Hourra.
Et devinez qui a échappé le sien "sans faire essprès" (encore heureux !) ? Liliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !
Heureusement j'en avais prévu pile 3 de + pour les parents séparés.
Paske oui, cette année histoire d'économiser un peu de temps , et que je n'ai pas d'idées, ni de sous, et vraiment qu'on n'a surtout AUCUN temps de rab, j'ai décidé de transformer la fête des pères/des mères en une seule : la fête des parents, tadadaaaaa ! Ça sonne bien, hein ???
Sauf que bon, pour les parents séparés, on fait tout de même 2 cadeaux distincts. Quand même. Ce qui est donc le cas pour 3 enfants de ma classe.
Ben avec toute la casse d'aujourd'hui, va falloir que je trouve autre chose pour ce 2ème cadeau... SUPER.
J'irai quand même refaire un tour là où je les ai trouvés, mais vu que j'avais déjà moi-même dévalisé le rayon... En tout cas ce ne sera pas prêt pour ce we, c'est sûr.

2 - NE PAS mettre sa jolie chemise blanche brodée pile le jour où l'on prévoit de faire de la peinture (sur masques, oui oui oui). Bah ouais ça a l'air terriblement évident dit comme ça, hein, mais si vous croyez que j'ai le planning de la journée en tête quand je m'habille le matin... (Notez que je m'habille, c'est déjà pas si mal ^^)
Je vous vois venir, hého, vous êtes certains que je me suis renversé un pot dessus, ou bien que Nono a confondu mon bras avec son oeuvre, ou que Juju s'est pris pour Zorro et que de la pointe du pinceau, etc..

BEN NON ! Hahaha, vous êtes to-ta-le-ment bluffés n'est-il pas ?

J'ai fait super gaffe et aucun pinceau ne m'a frôlé, aucune éclaboussure pendant le lavage des pots, tablier (genre tablier de cuisine, donc sans manches pourtant) efficace... Pourtant côté mains, ongles et même poignets, tout n'est pas encore parti, sorte de vernis multicolore incrusté dans les petites peaux pile là contre le bord de l'ongle, tu peux frotter un moment avant que ça parte vraiment. Mais la chemise est toujours blanche unie.
(Assez fière, oui.)
(Attends.)
(Franchement, y a de quoi, nan ?)
(Quand on me connaît un peu...^^)
Mais c'était pas bien malin à la base, tout de même. Surtout trèèèès risqué.

DONC :

Je compte sur vous pour me le rappeler dans à peu près un an :

- ÉVITER TOUT CE QUI CASSE comme cadeau.
- PAS LA CHEMISE BLANCHE-BRODÉE-PRÉFÉRÉE un jour de peinture.

Je ne vous cache pas que j'appréhende un tout petit peu l'opération emballage demain...
Croisons les doigts, après tout je m'en suis bien sortie avec ma chemise...

Posté par Mimi Je Reve à 22:05 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
samedi 22 mai 2010

Vieille patate

Au beau milieu de la fiche de lecture du jour, Mama lève le doigt : (Je suis toujours admirative de leurs élevages de coqs et d'ânes pour pouvoir passer de l'un à l'autre si aisément...)
- Moi quand je serai grande, je travaillerai dans une pataterie.

Ok, pause-digression donc, encourageons-les à s'exprimer, à s'écouter les uns les autres, et à découvrir de nouveaux mots.
- Ah bon, et qu'est-ce donc ?
- C'est un restaurant où on mange que des patates, en entrée, en plat, même en dessert ! Et moi je veux travailler dans ma propre pataterie, à moi.
- Bien ! Donc si je vais manger dans ta pataterie, c'est toi qui me feras la cuisine ?
- Ben oui !
Sourire ravi de Mama.

Nono, s'adressant à moi, l'air de celui qui vient d'avoir une grande révélation :
- Nan mais quand t'iras manger dans le restaurant de Mama, tu seras une vieille mémé ?!!!!
o_O    (Merci Nono...)

- Quand même pas, je ne suis pas si vieille que ça !

Moue dubitative, et à la fois petit sourire désolé de Mama :
- Ben... quand même un petit peu !

Lili ajoute son grain de poivre :
- Ah mais ouééé, quand on sera grands tu seras encore plus vieille que ma mamie !
Hahem...

Et Nono renchérit, hilare :
- Et même si ça s'trouve, tu seras morte !
>_<

- OK, piskecéça vous allez vous débrouiller tout seul pour faire l'exo. Moi je m'en vais travailler avec les CE1, ils ne veulent pas m'enterrer, eux ! (Je lance un regard anxieux en leur direction...) N'est-ce pas ?
"Nooon" unanime des CE1 et larges sourires, Nini se fait porte-parole du petit groupe :
- Nan mais en fait t'es quand même un peu jeune, maîtresse !

OUF.

Posté par Mimi Je Reve à 20:20 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
lundi 17 mai 2010

Little Red Riding Hood

caperucitaroja2  En classe, nous sommes en phase de lecture de contes traditionnels. Et bien sûr, j'ajoute diverses versions, les détournées, les parodies... Ça permet de comparer, de retrouver les constantes, de relever les divergences.

Depuis quelques jours nous traquons le Petit Chaperon Rouge.
Selon différentes réécritures, collections et illustrations. Quasi toujours, on y retrouve le même sésame :
                                        "Tire la chevillette, et la bobinette cherra".
Et donc j'ai expliqué, que c'est un système ancien d'ouverture de porte, toussa, etc.
Et je m'éclate à leur faire la lecture, j'y mets le ton à fond, je me fais peur toute seule quand je parle à la place du loup, ils n'en perdent pas une miette. (Sans déc', des fois j'me colle la chair de poule toute seule !!!)

Version abrégée, histoire plutôt expédiée, mais réponse de la grand-mère pour laisser entrer loup et petite-fille :
"Tire la chevillette, et la bobinette cherra."

Version "Lili n'aime pas la fin" (pour plaire à Lili, les histoires doivent finir bien et ne pas malmener d'animaux, même le loup), plutôt Perrault donc, pas d'intervention de chasseur, le petit chaperon se fait croquer, point (outch).
Mais quand même, avant d'entrer chez mémé :
"Tire la chevillette et la bobinette cherra".

Le petit chaperon vert, le bleu marine, le jaune, le rose, et régulièrement nous retrouvons :
"Tire la chevillette, et la bobinette cherra".

Je me lance dans une énième version, celle avec la fin heureuse, plutôt version frères Grimm (sans rire, se faire avaler toute crue et ressortir entière du bidou du loup par l'entremise d'un chasseur super-héros armé d'un grand couteau, c'est quand même vach'ment du bol pour la demoiselle, non ?) Mais nous n'en sommes pas encore là, nous en sommes à ...
"Tire la chevillette, et la bobinette cherra."

Et tout au fond de la classe, Lili lève la main.
- Mais enfin je comprends pas, c'est qui ce Gérard qu'on entend tout le temps dans l'histoire ???

             ?????????

- "Cherra", Lili, CHERRRRRRA...

...

Pfffff...
Mouhahahahahaaaa !

Posté par Mimi Je Reve à 21:21 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
lundi 10 mai 2010

Le test du mois

J'ai trouvé le papier plié en 8 égaré dans la cour... Fallait bien que je l'ouvre pour savoir à qui le redonner, hein, obligé !

J'ai d'abord halluciné (je ne fréquente que les 6-7 ans, alors les préoccupations des 10-11, je ne maîtrise pas bien, je suis un peu déconnectée), je me suis esclaffé, j'ai relu plusieurs fois pour en saisir toutes les nuances, toute la saveur...
Finalement, après avoir dompté mon fou-rire, et discrètement photocopié la prose en pensant très fort à vous, chers lecteurs, j'ai transmis la chose au maître de CM2. Du coup je ne sais pas s'il l'a rendu ou pas...

Tu cliques sur la photo pour la voir en grand, si tu veux mieux lire. (Enfin, normalement ??? Ah oui, pis après il y a la loupe avec le + pour agrandir encore)
(bon, je n'ai plus de scanner et il a fallu que je prenne la photocop' en photo pour pouvoir la mettre ici. Mais quand même, ça devrait aller hein ?)

ENJOY !

                       DSC03535

Perso, j'admire. La construction du test, la formulation, le taclage en règle de la copine... Et la conclusion un brin désabusée, mais finalement... loyale !

Posté par Mimi Je Reve à 20:17 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
jeudi 6 mai 2010

Chipie

CP.
Séance sur les mots dans lesquels "ti" se prononcent "si". Tous les "tion" bien sûr, mais quelques autres aussi, et je les aide à en trouver pour les lister au tableau :

- Quelqu'un qui sait attendre sans s'énerver, c'est quelqu'un qui a de la...
Les doigts se lèvent.
- Patience ! (ouééé, c'est celui que j'attendais !)

- Le moment que vous préférez à l'école, c'est...
À nouveau, une forêt de doigts tente de toucher le plafond.
- La récréation ! (re-ouééééééééé !!!)

- Quand on veut savoir comment s'écrit un mot, on regarde...
Lili ne me laisse même pas terminer et grille tout le monde en répondant sans même lever la main :
- Sur le voisin !

Du fond de la classe, la miss me fixe avec un franc sourire qui va d'une oreille à l'autre...
M'en vais te faire chercher la définition de "chipie" dans le dictionnaire, moi !

Posté par Mimi Je Reve à 19:13 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
dimanche 2 mai 2010

Rencontre fatale (Il ne faut pas -11)

C'est assez simple :

Tu prends une toise, que tu as empruntée à un collègue il y a au moins un mois parce que tu as prévu de faire une séance sur la croissance d'ici peu, tu sais une toise en bois, avec le haut mobile, comme chez certains médecins parfois encore. En attendant de pondre ta séance, tu la coinces (la toise, pas la séance !) contre le mur derrière ton bureau. Pis tu l'oublies.

Ensuite tu prends une maîtresse avec un front (sans déconner !!!), plutôt du genre maladroite, se baissant avec entrain pour ramasser (si si parfois, ça m'arrive, même si je déteste ramasser des choses) un bidule, un papier, un stylo, un fichier ??? devine où ?, bah derrière son bureau, tiens.

...

Je résume la situation :

toise2 Plus Front2      
                                                                 (Euuuh non, spa moi sur le dessin, hein !!!) 

               

Ça donne, ça donne...

                                     

   _gal                  toise1      (mais aïïïeuuuuuh !)

...

Bah ça donne :
Une maîtresse qui voit valser les murs mais que l'Avs oblige à s'assoir quelques secondes,
un œuf immédiat avec encastrement possible de la toise exactement dans l'empreinte du choc, genre légo t'vois ?, (pratique pour vérifier l'arme du crime !),
une poche de glace pour éviter que ça ne gonfle davantage mais comme c'est égratigné dans le point d'impact, ça piiiique,
la tête qui tourne pendant un bon moment,
et le lendemain un bleu magnifique qui contourne le reste de bosse.
Et un gros fou-rire, évidemment, tout en gardant à l'esprit que si la toise avait été baissée de 5 cm ben c'est dans l'œil que je l'aurais prise, avec le même entrain, la même violence, et avec sans nul doute un aller direct aux Urgences sans passer par la case "terminer la journée d'école".
Les élèves ? Ils n'étaient pas en classe à ce moment, et comme j'ai un semblant de frange ils n'ont pas trop remarqué après. Je crois que j'ai juste dit que je m'étais cognée. Un peu fort quand même.

Conclusion : Il ne faut pas, ooooh noooooon il ne faut pas, laisser une toise à la perpendiculaire du mur, ok ça semble logique mais jusque là ça ne m'avait pas effleuré. Ça m'aurait évité de m'y encastrer, à défaut de l'effleurer...

Je savais bien que j'avais raison de ne pas aimer me baisser pour ramasser des trucs...

Oui, bien sûr que la toise est toujours derrière mon bureau, mais maintenant tournée de façon inoffensive (ce mot prend tout son sens, soudainement !!!) parallèlement au mur :-D

(tu savais qu'il ne faut qu'un N à iNoffensif ??? pas moi)

Je me demande quand même s'il n'y a pas conspiration toise/fourchette...^^

Posté par Mimi Je Reve à 19:42 - - Commentaires [15] - Permalien [#]